Huit grands groupes de métiers sont en pénurie au Luxembourg. Zoom sur ces jobs qui ont désespérément besoin de main-d'oeuvre.

Le marché de l'emploi connaît une tension historique: le Luxembourg compte presque autant de chômeurs que de postes disponibles. Soit 14.669 résidents à la recherche d'un emploi (4,9% de chômage), pour 13.033 postes non pourvus au 31 octobre 2022.

En situation de plein-emploi, le Luxembourg ne peut pourtant pas éradiquer complètement le chômage. Car il existe "une inadéquation" entre l'offre et la demande: les personnes inactives n'ont pas les compétences recherchées par les employeurs.

Une étude du Liser, de l'Adem et de Jobfirst a identifié huit groupes de métiers en pénurie de travailleurs et qui ne nécessitent pas de diplôme universitaire. Dont six dans le secteur de la construction et l'industrie:

  1. Aides-soignants
  2. Métiers qualifiés du bâtiment (gros oeuvre) et assimilés
  3. Métiers qualifiés du bâtiment (finitions) et assimilés
  4. Mécaniciens et réparateurs de machines
  5. Mouleurs de fonderie, soudeurs, tôliers-chaudronniers, monteurs de charpentes métalliques et assimilés
  6. Forgerons, outilleurs et assimilés
  7. Métiers qualifiés du traitement du bois, ébénistes et assimilés
  8. Conducteurs de machines et d’installations fixes

Parmi ces métiers, les auteurs de l'étude estiment que quatre sont "peu automatisables" et seront donc amenés à recruter encore longtemps. Il s’agit des aides-soignants, des métiers qualifiés du bâtiment (gros oeuvre / finitions) des mécaniciens et réparateurs de machines. "Le métier d’aide-soignant est celui qui, sans surprise, se distingue le plus des trois autres" puisqu'il nécessite, en plus de capacités techniques, de savoir communiquer avec les patients et leurs proches.

Parmi ces quatre emplois, ce sont les métiers de finitions dans le bâtiments qui font face "à la plus large pénurie": pour 100 postes libres, il n'y aurait que sept chômeurs ayant de l'expérience dans le milieu. Contre 20 chômeurs pour 100 postes de mécaniciens et réparateurs de machines (en pénurie, mais moins importante donc).

Les quatre autres métiers sont eux "plus facilement automatisables". À moins d'être comblée, la pénurie pourrait être comblée par "le remplacement des postes vacants par des machines ou des robots". Les salariés de ces métiers ont donc tout intérêt à adopter d'autres compétences pour des tâches qui ne peuvent pas être réalisées par des robots.

Découvrez ici les offres d'emploi au Luxembourg.