Dans son avis sur le budget de l'État, la Cour des Comptes avait proposé de transformer la tripartite en quadripartite.

Cette nouvelle assemblée inclurait dès lors également les représentants des organisations environnementales aux négociations. Une proposition vue d'un œil plutôt sceptique par le gouvernement, et qui n'est pas franchement accueillie à bras ouverts par les syndicats.

Le président du LCGB souhaite simplement un dialogue avec les différents partenaires de la part du ministre d'État si la composition de la tripartite devait changer.

Pour le secrétaire général de la CGFP (fonction publique), "la défense du climat n'est pas un problème qui devrait être inclus dans le format d'une tripartite car cette mesure sert à réagir aussi rapidement que possible à une situation de crise, alors que le climat se joue sur le long terme".

La présidente de l'OGBL est d'avis que "le chemin parcouru afin de trouver un compromis est déjà assez compliqué à trois et que l'arrivée d'un nouvel acteur dans les négociations ne ferait que compliquer les discussions".

Même le Mouvement écologique n'est pas convaincu que la tripartite soit l'endroit idéal pour faire rentrer les organisations environnementales dans la discussion, mais il est clair pour sa présidente qu'il faudra à l'avenir écouter davantage ce qu'elles ont à dire. Elle explique qu'il existe d'autres instances qui s'occupent déjà du développement du pays et qui n'incluent pas l'écologie: "l'Observatoire de la compétitivité serait une excellente idée par exemple, car les ressources sont un objet compétitif qu'il faut préserver".

Sans oublier que la défense de l'environnement fait déjà partie des discussions à la tripartite, comme l'a rappelé la présidente de l'OGBL qui souligne que "l'écologie fait également partie des sujets défendus par mon syndicat".

Une chose est sure, le patronat et les syndicats sont quand même d'accord sur un point: c'est au gouvernement de trancher s'il veut effectivement aller dans le sens d'une quadripartite et à quoi devra ressembler concrètement cette réforme, proposée il y a quelques jours par la Cour des comptes.