Les chiffres relatifs aux transports publics ont été présentés jeudi par le ministre François Bausch à la Commission parlementaire en charge du dossier. Le moins que l'on puisse dire c'est que l'État se donne les moyens d'avancer.

Il a annoncé que la gratuité proposée au Luxembourg dans les transports en commun allait coûter 800 millions d'euros en 2023, soit 100 millions de plus que le budget prévu pour l'année 2022.

Également en hausse, le budget prévu pour la mobilité et les travaux publics dépassera les 2,8 milliards, avec de nouvelles routes, de nouveaux lycées mais aussi des investissements dans le rail.

En 2023, un peu plus de 52,5 millions d'euros sont prévus pour le réseau du tram, 280 millions pour le réseau routier, 326 millions pour les bâtiments publics et donc en particulier les lycées. Dans ce budget, l'État a prévu toujours en 2023, plus de 542 millions d'investissements dans les chemins de fer avec, jusqu'en 2026, une somme globale de 2,6 milliards d'euros qui devrait être investie dans les trains de demain, "les plus modernes de l'Europe", selon les autorités.

Enfin, en ce qui concerne la mobilité dans la capitale, des projets de loi devraient encore être votés avant la fin de la législature en vigueur pour l'extension du tram au Kirchberg ainsi qu'à la gare centrale, tout comme la construction d'un hangar à la Cloche d'Or.