Auchan a décidé, fin octobre, de rendre le parking payant pour les salariés des enseignes installées dans la galerie marchande. Une annonce qui a provoqué l'ire des délégations du personnel et de l'OGBL qui se sont réunis vendredi devant le centre commercial.

La fronde monte chez les commerçants installés dans la galerie d'Auchan au Kirchberg. Après avoir appris que le groupe français comptait rendre le parking payant (176 euros par mois et par salarié), ils ont décidé de se réunir devant le centre commercial vendredi soir.

Une réunion d'information qui a permis à David Angel, secrétaire central en charge du commerce et de l'Horeca à l'OGBL, d'informer les délégations du personnel des avancées des discussions avec la direction d'Auchan. D'après le syndicaliste, Auchan aurait accepté de revoir ses mensualités à la baisse. Une information confirmée par la cellule de communication du centre commercial au cours de la nuit.

"100 euros la première année, 125 euros la deuxième puis 150 euros à partir de la troisième année", a annoncé Daniel Angel devant une cinquantaine de manifestants visiblement indignés. Un vote a main levée a confirmé le refus catégorique des commerçants et salariés présents. 

Sur ce, les manifestants ont pris leurs drapeaux, leurs vestes et leurs sifflets et ont défilé dans le centre commercial. "Le parking gratuit", pouvait-on entendre au milieu des coups de sifflets et de l'alarme du mégaphone.

Dans la galerie, la majorité des personnes présentes semblaient surprises mais pas importunées par la démonstration. Nombreux ont été ceux qui ont sorti leur smartphone pour filmer le défilé.

LE "DOUBLE DISCOURS" DE LA DIRECTION

En marge de cette démonstration, David Angel est revenu sur la polémique concernant le paiement de cette mensualité.

"S'ils (Auchan et Nhoods) avaient voulu demander aux enseignes de payer, il fallait le faire à travers le loyer", a-t-il affirmé à notre micro. Il ajoute que dans le cas des petits commerces qui ne sont pas syndiqués, l'OGBL ne pourra rien faire pour éviter que ces coûts se répercutent sur les salariés.

Pour les enseignes qui sont "fortement représentées", le syndicaliste a assuré que l'OGBL ferait tout son possible pour que le parking ne finisse pas à la charge des salariés. Dans ce contexte, il dénonce le "double discours" de la direction d'Auchan.

RTL

David Angel, secrétaire central au commerce et Horeca à l'OGBL, annonce les termes de la nouvelle proposition d'Auchan devant le centre commercial le 26 novembre 2022 / © Domingos Oliveira / RTL Luxembourg

"Ils nous ont dit dès le départ qu'ils voulaient que ce soient les enseignes" qui passent à la caisse. Cependant, d'après plusieurs patrons le directeur de de la galerie aurait "fait le tour" en suggérant qu'ils "n'avaient qu'à répercuter ça sur les salariés".

Le syndicaliste a tenu à rappeler que le Luxembourg traverse "une crise du pouvoir d'achat". À ses yeux, "venir avec ça maintenant (...) c'est juste inimaginable". Daniel Angel a fait le calcul, sur douze mois le prix du parking dépasserait un éventuel treizième mois.

En accord avec les délégations du personnel et les salariés présents, l'OGBL a promis de nouvelles actions lors du mois de décembre. L'objectif étant de faire reculer Auchan et Nhoods sur leurs revendications concernant le parking.

AUCHAN NE RECULERA PAS

RTL

© Domingos Oliveira/ RTL Luxembourg

Contactée par nos soins, la direction d'Auchan nous a confirmé avoir revu ses tarifs à la baisse. Elle a également assuré qu'elle ne reviendra pas sur cette proposition, "celle-ci étant déjà avantageuses par rapport au prix du marché".

Auchan qui a assuré la gratuité du parking pendant 26 ans ne serait plus en mesure de le faire au vu du "contexte économique actuel". La galerie marchande prévoit "de nombreux investissements nécessaires à la modernisation et la transformation du parking" notamment afin de pouvoir accueillir les véhicules électriques.

Dans un communiqué adressé à RTL 5minutes, la direction d'Auchan demande aux enseignes "de prendre en charge les frais d'exploitation liés à son activité". Elle maintient que si certaines enseignes ont fait le choix de répercuter "les frais qui lui incombent sur ses salariés", cela "n'est pas de notre responsabilité".

En ce qui concerne les salariés du centre commercial, la direction nous a assuré qu'elle continuera à prendre en charge les frais de parking de ses salariés et qu'elle "n'avait jamais imaginé cesser de le faire". Les salariés d'Auchan sont donc à l'abri.