Les recettes engrangées par l'État sur la vente de tabac ont grimpé de 15% par rapport à l'année passée. Cela représente 85 millions de plus dans les caisses publiques.

L'épineux sujet du tabac et de sa taxation au Luxembourg a été abordé lors d'une heure d'actualité à la Chambre des députés. Avec notamment une question du député Gilles Roth (CSV) qui avait préalablement calculé ce que les produits liés au tabac rapportaient à l'État.

Selon lui, cigarettes et produits similaires ont rapporté 800 millions d'euros d'accises et 220 millions de TVA. Soit 1.500 euros par habitant. "C'est carrément dingue", s'est exclamé le député.

Le directeur de l'Administration de l'enregistrement, des domaines et de la TVA a souligné que ces montants sont dopés par le trafic illégal et la contrebande vers d'autres pays notamment les pays voisins où les prix du tabac sont bien plus élevés qu'au Grand-Duché.

La ministre des Finances Yuriko Backes (DP) n'a pas précisé pourquoi aucune adaptation graduelle des prix luxembourgeois du tabac à ceux des pays frontaliers n'est prévue. La ministre a toutefois tenu à souligner que ces recettes représentaient quand même 5% du budget de l'État.

Malgré cette annonce, Déi Gréng, le LSAP et déi Lénk ont cependant soutenu l'idée d'une augmentation des prix afin de préserver la santé des citoyens.