Les inondations de juillet 2021 ont été la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire du Luxembourg, a précisé jeudi à la Chambre la ministre des Finances, en réponse à une question élargie du député Charel Margue.

Yuriko Backes a expliqué que la solution d'un fonds de prévention et de gestion des catastrophes naturelles nécessite des capacités de financement très importantes. Le secteur luxembourgeois des assurances ne pourrait pas prendre cela seul en charge, car le marché est trop petit.

"Du fait de la taille de notre pays, il est également difficile de créer une mutualisation des risques", a souligné la ministre. Ce serait pourtant le principe de base d'un tel fonds pour les catastrophes naturelles.

Les fortes précipitations de juillet 2021 auraient montré que dans un petit pays, toutes les régions seraient rapidement concernées. C'est pourquoi une intervention ponctuelle de l'Etat en cas de catastrophe serait la meilleure solution. Il y aurait cependant des discussions avec le secteur des assurances pour analyser les meilleurs modèles d'assurances pour les citoyens.

La ministre a encore affirmé que les inondations de juillet 2021 ont été la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire du Luxembourg. Elles ont coûté 133 millions d'euros aux assureurs et à l'Etat, 30,5 millions à ce jour sur l'enveloppe de 100 millions, qu'il avait mise à disposition.