Jeudi matin, sur l'antenne de RTL, le ministre de la Fonction publique, Marc Hansen, a défendu des "salaires corrects" auprès de l'Etat. Dans le même temps, il a affirmé qu'ils seraient "corrects" dans de nombreux cas.

Une étude de son ministère a révélé que les fonctionnaires gagnent en moyenne 8.688 euros bruts par mois, y compris le 13e mois.

Le ministre a précisé que 60% des fonctionnaires sont dans les carrières supérieures (A1 et A2), avec un bachelor ou un master. Il se réjouirait également "d'avoir tous ces bons fonctionnaires, aussi dans les autres carrières", qui seraient chargés de "missions importantes" et d'un "bon service public".

En ce qui concerne les revendications des syndicats d'augmenter les salaires dans le prochain accord salarial, le ministre n'a pas trop dévoilé ses intentions. L'accord actuel arrive à son terme à la fin de l'année, mais les négociations n'ont pas encore commencé.

Marc Hansen a cependant déjà dit qu'il parlait à de nombreux hauts fonctionnaires et qu'ils seraient "gênés" quand ils entendent que les syndicats exigent maintenant une augmentation des salaires. Une hausse de 5 %, comme le réclame l'OGBL, avec l'argument que les fonctionnaires n'auraient pas bénéficié d'une adaptation de la valeur du point indiciaire en cinq ans (hors avancement normal dans les carrières), cela signifierait 450 euros de plus par mois pour un salaire moyen de fonctionnaire, selon Marc Hansen.

Évoquant les carrières et les salaires d'un niveau inférieur auprès de l'État, le ministre a déclaré que les négociations pour un nouvel accord salarial devraient être abordées "de manière beaucoup plus créative" que par le passé dans les temps difficiles actuels. Mais les négociations seront menées à huis clos et en toute tranquillité - comme il l'apprécie, selon ses propres dires.

A la question de savoir si l'étude a été publiée comme moyen de pression en amont des négociations salariales, le ministre a expliqué que l'étude aurait été décidée en 2011 et qu'elle vient d'être achevée. Cela aurait été connu auparavant: la Chambre des députés et la CGFP auraient été informées, selon Marc Hansen.

Au terme de l'interview, le ministre a ajouté qu'il faudrait peut-être cesser de toujours uniquement parler de qui a plus ou qui a moins. Pour le moment, ce ne serait facile pour personne, à ses yeux.