D'après le STATEC, le nombre de ménages victime d'atteinte aux biens est en hausse au Luxembourg lors de ces cinq dernières années.

Dans le détail 28% de la population résidente au Luxembourg a déjà subi des vols ou des fraudes à la consommation au cours des 5 dernières années. Et 31% des ménages ont été concernés par des cambriolages, des vols de véhicules et des fraudes à la carte bancaire en 2019 et 2020. C'est un point de pourcentage de plus qu’en 2013, lors de la dernière enquête.

Le nombre de victimes de vols sans violence a augmenté de près d’un tiers. 17% de la population a déclaré avoir été victime d’un vol sans violence au cours des 5 dernières années et 18% des résidents ont été touchés par une fraude à la consommation. Les fraudes à la consommation sont des situations où la personne a subi une escroquerie pendant l’achat ou le paiement d’un service ou d’un bien et par conséquent l’a payé plus que sa valeur réelle.

LES VOLS AVEC VIOLENCE EN RECUL

Si le nombre de victimes de vol sans violence a augmenté de 4 points, la bonne nouvelle de cette enquête, c'est que les vols avec violence ont diminué de moitié. Ces délits graves concernent 2% de la population. 11.902 résidants ont subi des vols avec violence au Luxembourg ou à l’étranger au cours des 5 derniers années. Le pourcentage des personnes qui ont vécu une fraude à la consommation reste stable à un niveau relativement élevé.

Les fraudes aux cartes bancaires ou aux services bancaires en ligne sont les délits les plus répandus. Un peu moins d’une personne sur cinq (17,7%) déclare qu’elle ou un membre de son ménage en a déjà été victime au cours des 5 derniers années. 67% de ces fraudes sont des transactions bancaires frauduleuses en ligne. Ces fraudes sont les délits les plus répandus, devant la falsification et l’utilisation d’une carte bancaire (25% des fraudes) et l’utilisation sans permission de cartes bancaires perdues ou volées (8% des fraudes).

MOINS DE CAMBRIOLAGES

Le nombre de victimes de cambriolages est en diminution. Une personne sur dix déclare que sa résidence principale a déjà été cambriolée, ou qu’on a tenté de la cambrioler au cours des cinq dernières années. Par rapport à l’enquête de 2013, la part des victimes de cambriolages dans la population est passée de 19% à 13%.

RTL

© RTL

Cette diminution se reflète également dans les chiffres de la Police: en 2013, 2.228 incidents de ce type avaient été signalés. Ce chiffre a baissé pour atteindre 1.404 en 2019, et 1.076 en 2020.

Mais il faut tenir compte de la situation particulière de 2020 avec la crise Covid. Il y a en effet eu moins de tentatives de cambriolages pendant les périodes de confinement et grâce à l’essor du télétravail.

LES JEUNES PLUS SOUVENT VICTIMES

En ce qui concerne les fraudes à la consommation et les vols, les jeunes sont plus touchés. Dans la tranche d’âge des 16 à 24 ans, une personne sur cinq a déjà été victime de fraude à la consommation au cours des cinq dernières années, contre seulement une sur dix chez les plus de 65 ans. Près d’un quart de la population la plus jeune a été confrontée à un vol sans violence, alors que seul un septième de la population la plus âgée l’a été.

Autre fait marquant, la différence entre les immigrés et les personnes qui sont nées au Luxembourg. 19% des personnes nées au Luxembourg indiquent avoir vécu un vol sans violence au cours des 5 dernières années, contre 15% des immigrés de première génération. Idem pour les vols avec violence et les fraudes à la consommation: les personnes nées au Luxembourg sont en moyenne plus touchées que celles nées à l’étranger.

Dernier enseignement de cette enquête, les cambriolages sont plus fréquents dans les régions densément peuplées. Le sud du Luxembourg (cantons de Luxembourg, Remich, Esch-sur-Alzette) est plus touché par les cambriolages que le nord du pays (cantons de Clervaux et Vianden).