Il semble que la France et l'Italie aient renoncé à leur opposition à la nomination de l'ancien ministre des Finances luxembourgeois.

Pierre Gramegna serait à nouveau dans la course pour le poste de directeur du Mécanisme européen de stabilité ou "MES", dont le siège est au Kirchberg.

Comme le rapporte le site europe.table, spécialisé dans l'actualité du monde politique européen, la France et l'Italie auraient renoncé à leur opposition à la nomination de Pierre Gramegna. Les deux pays seraient désormais d'avis qu'en ces temps difficiles, un homme politique expérimenté en matière de finances devrait être à la tête du MES.

La nomination de Pierre Gramegna ne serait pas encore acquise, mais ses chances seraient grandes, car il aurait à présent le soutien de grands pays tels que l'Allemagne, la France et l'Italie.
Les ministres de l'Eurogroupe ne s'étant pas mis d'accord lors de leurs réunions successives sur un nom pour la direction du Mécanisme européen de stabilité, Christophe Frankel assure par intérim la succession de Klaus Reling jusqu'à la fin de l'année.

L'ex-ministre des Finances luxembourgeois, Pierre Gramegna, a longtemps été dans la course pour le poste de directeur du MES, jusqu'à ce qu'il retire officiellement sa candidature mi-septembre après trois tentatives infructueuses. Lors du vote au sein de l'Eurogroupe, sa candidature n'avait pas obtenu la majorité requise de 80 % des voix.

Pierre Gramegna a tourné le dos à la politique nationale fin 2021. Auparavant, il avait été candidat à deux reprises à la présidence de l'Eurogroupe, sans succès.