Les logements abordables, l'insécurité, les prix qui grimpent, mais aussi les conséquences du climat et l'avenir de leurs enfants. Découvrez les sujets qui préoccupent de plus en plus les Luxembourgeois, à quelques mois des élections.

Comme le rappelle régulièrement le Premier ministre Xavier Bettel, "Le Luxembourg n'est pas une île". Même si le pays est économiquement solide, qu'il est un des moins endettés d'Europe, que son marché de l'emploi se porte bien et que le budget de l'État permet de manager tant bien que mal la crise, ses résidents se montrent de plus en plus préoccupés. Par ce qui se passe dans le monde et les touche dans leur quotidien.

Ce premier volet du nouveau sondage Politmonitor réalisé par Ilres pour RTL et le Luxemburger Wort est axé sur les sujets qui préoccupent le plus les électeurs luxembourgeois. À l'heure d'une crise économique, des prix des énergies fluctuants, de l'inflation galopante, du réchauffement climatique et de la guerre en Ukraine.

SE LOGER MOINS CHER, D'ABORD

Malgré la forte inflation qui les touche directement en plombant leur pouvoir d'achat à la caisse du supermarché ou qui les contraint à baisser le chauffage à l'approche de l'hiver, l'accès à un logement abordable continue d'être "la" préoccupation première de trois résidents sur quatre. Autant qu'au mois de mai.

C'est un message récurrent et limpide envoyé aux décideurs politiques ou futurs candidats de tous bords, à l'aube d'une année électorale cruciale. 2023 sera marquée par les élections communales -avec bien plus de participants- au printemps et des élections législatives à l'automne.

Ceux qui ont "le plus souvent" du mal à joindre les deux bouts à la fin du mois, sont encore bien plus préoccupés par cet accès à un logement à prix décent. Un sujet qui soucie même ceux qui disent ne jamais avoir de difficultés à régler leurs factures.

DAVANTAGE D'INQUIÉTUDES ET "PLUS PRONONCÉES"

De manière générale, observe Tommy Klein, directeur général de L'Institut luxembourgeois de recherches sociales (Ilres), "on voit qu'il y a beaucoup plus d'inquiétudes et elles sont plus prononcées à l'approche des élections et parce que les préoccupations financières des gens s'accentuent de plus en plus".

Parmi les principales préoccupations des électeurs, il y a les "classiques", comme l'accès à un logement abordable, les conséquences du changement climatique -de surcroît après un été 2022 record- ou les craintes face à l'avenir des enfants. Les trois problèmes les plus urgents à traiter aux yeux des électeurs.

Sans oublier la croissance du trafic (+6% en six mois), le maintien du système de pension (+6% sur six mois) et l'augmentation des maladies mentales au Luxembourg (+8% en six mois). Des thématiques qui seront déclinées dans les programmes électoraux, à n'en pas douter.

Mais il y a aussi des thématiques qui montent comme l'évolution des prix des énergies (un gros souci pour 66% des électeurs), l'inflation (63% des électeurs), le creusement de l'écart entre les niveaux de vie (63%) ou la forte perte de biodiversité (38%) au Luxembourg. Ces deux derniers thèmes apparaissent pour la première fois dans ce sondage.

"Chacun se fait évidemment beaucoup de souci, mais selon la thématique et les profils, comme par exemple la situation personnelle ou l'âge, ça varie. Les jeunes par exemple, se font aujourd'hui beaucoup plus de soucis que les seniors en ce qui concerne la situation économique au Luxembourg ou la cohésion sociale", relève Tommy Klein.

COHÉSION SOCIALE ET SÉCURITÉ INTÉRIEURE 

Le sondage montre en premier lieu que la cohésion sociale, c'est-à-dire la capacité de notre société d'assurer le bien-être de tous, "n'est pas seulement un sujet de préoccupation, mais est mauvaise", lit Tommy Klein. 68% des électeurs jugent la cohésion sociale plutôt faible, voire très faible.

Il note que cela peut s'observer à divers niveaux: "Les uns considèrent peut-être que c'est le vivre-ensemble de beaucoup de cultures, mais il ressort aussi que c'est une question de portemonnaie, d'injustices dans notre société , peut-être aussi une question d'accès au logement. La cohésion sociale englobe plusieurs dimensions", résume le directeur général d'Ilres.

La sécurité intérieure est, cette fois, "l'inquiétude qui a connu la plus forte progression. C'est différents selon les profils. Quand on est plus vieux, on est plus inquiet. Les femmes se montrent aussi plus préoccupées", note-t-il.

Mais ça change aussi en fonction des électeurs de base. Les électeurs du DP et du CSV sont par exemple très préoccupés, tandis que ceux qui votent vert ne le sont pas du tout. Le renforcement de cette préoccupation peut être attribuée à sa plus grande thématisation par plusieurs partis, mais aussi récemment par la Ville de Luxembourg, sans oublier les réseaux sociaux. "Il y a eu récemment énormément de publications sur la criminalité qui augmente ou sur des sujets mis en lumière pour prouver que la situation s'est empirée au Luxembourg", explique Tommy Klein.

LA SOCIÉTÉ LUXEMBOURGEOISE EST-ELLE JUSTE OU PAS ?

Le sentiment de vivre dans une société luxembourgeoise injuste n'a pas foncièrement évolué depuis mai. Il est toujours partagé par un électeur sur deux. En revanche, il est plus présent chez les femmes que chez les hommes et plus marqué parmi les 45-64 ans.

La tendance s'est inversée chez les plus jeunes. 49% des 18-24 ans estiment aujourd'hui que le société est "juste", contre 43% qui jugent le contraire.

Le sentiment de vivre dans une société luxembourgeoise équitable est très variable selon les partis. Les électeurs des Verts et du DP estiment plus facilement que la société est "juste".

SOINS DE SANTÉ

En prenant sous la loupe les soins de santé, ce sondage montre que plus de huit électeurs sur dix ont le sentiment qu'il y a un énorme problème "à tous les niveaux" en ce qui concerne le manque de personnel dans le secteur de la Santé et des soins au Luxembourg.

ATTAQUE NUCLÉAIRE

Dans le contexte actuel de la guerre en Ukraine qui secoue le monde depuis le 24 février et des menaces du président russe qui s'était dit prêt à utiliser son arsenal nucléaire mi-septembre, le scénario du pire préoccupe aujourd'hui une grande majorité (59%) de Luxembourgeois.

La deuxième partie de notre sondage Politmonitor paraîtra sur notre site mercredi soir à 18h00.

Méthodologie du sondage:
Le Politmonitor est une étude réalisée par ILRES pour RTL et le Luxemburger Wort. Au total, 1.072 résidents âgés de 18 ans et plus, représentatif de la population luxembourgeoise, ont été interrogés par téléphone et sur internet entre le 7 et le 15 novembre 2022.