Un important rapport sur le Luxembourg vient d'être publié par l'Organisation de coopération et de développement économiques. Voici 5 informations à retenir de cette étude.

L'INDEX VA-T-IL FAIT GONFLER LES PRIX?

Le système luxembourgeois d'indexation des salaires, quasi unique en Europe, doit protéger le pouvoir d'achat. Mais l'OCDE a une crainte: "le système d'indexation des salaires risque d'alimenter une inflation déjà élevée" peut-on lire dans l'étude. Un argument d'ailleurs repris en France par Emmanuel Macron, qui ne veut pas importer le modèle luxembourgeois.

À long terme, l'OCDE juge également que la tranche indiciaire pourrait "nuire à la compétitivité", comme le rappellent les entreprises luxembourgeoises, qui pourraient payer trois index en 2023. "Des augmentations salariales généralisées aboutissent à des gains financiers qui sont proportionnellement supérieurs pour les salariées les plus aisés." Raison qui avait déjà poussé au désaccord l'OGBL et les partenaires sociaux lors de la première tripartite, au printemps 2022.

L'OCDE propose ni plus ni moins que de réformer le mécanisme de l'indexation des salaires "pour mieux se prémunir contre les risques qu'il fait peser sur la productivité, l'emploi et l'inflation."

INFLATION: DES MESURES À AFFINER

Grande réponse du gouvernement et des partenaires sociaux à la crise des prix de l'énergie, la tripartite a conduit à la mise en place de plusieurs aides. Notamment sur prix de l'énergie, puisque les prix de l'électricité, du gaz et du fioul sont plafonnés. En plus d'une baisse de la TVA. Un effort jugé "généreux" par l'OCDE, qui estime toutefois que les mesures "peuvent nuire aux incitations à réduire la consommation d'énergie".

Selon les experts de l'OCDE, le Luxembourg aurait dû miser davantage sur "des aides au revenu temporaire et ciblées".

IL FAUT DES LOGEMENTS ET VITE

Le problème n°1 des Luxembourgeois n'est pas oublié par l'OCDE. Dans son étude, l'organisation souligne "la nécessité d’accroître de toute urgence l’offre de logements pour faire face à la hausse rapide des prix de l’immobilier".

Malgré un récent recul sur les appartements neufs, le marché a atteint des sommets sur l'année écoulée. L'OCDE estime que les prix du marché immobilier "ont grimpé de 9,7 % par an en moyenne au cours des cinq dernières années". Deux fois plus vite que dans l'Union européenne. Une situation qui, couplée à la hausse des taux d'intérêt, complique l'accès au marché pour les nouveaux propriétaires.

L'OCDE s'est également montrée favorable aux nouvelles taxes sur les terrains et les logements non utilisés.

À lire également - Découvrez le dernier épisode de La Bulle Immo', avec la ministre de l'Intérieur en invitée spéciale

DÉVELOPPEMENT DURABLE: LE LUXEMBOURG RALENTIT

En matière de protection de l'environnement, l'OCDE juge que "les progrès réalisés par le Luxembourg en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre ont faibli ces dernières années". Et insiste sur l'importance d'accélérer l'avancée vers la neutralité carbone.

Plutôt que l'étalement urbain, qui "progresse", c'est la densification que les experts prônent. "Les politiques favorisant une meilleure efficacité énergétique des logements et la densification urbaine peuvent contribuer à réduire la consommation d’énergie et l’utilisation de la voiture."

L'OCDE conseille aussi de poursuivre la hausse de la taxe carbone, de mettre fin à l'abattement fiscal sur la distance domicile-travail. Ainsi qu'aux avantages accordés aux voitures de société. Elle propose de les remplacer par des péages - ce que François Bausch refuse compte tenu de la taille du pays - et des restrictions de stationnement.

RTL

© OCDE

RETARDER LA RETRAITE DES TRAVAILLEURS

À force d'accélérer, le système de retraite luxembourgeois va-t-il trébucher? Pour l'OCDE, les dépenses vont exploser d'ici 2070. Constat récemment fait par l'Inspection générale de la sécurité sociale, qui estime la situation encore confortable d'aujourd'hui mène au déséquilibre certain.

Or, "un quart des hommes prennent leur retraite à 54 ans ou avant" assène l'OCDE. Elle propose donc d'allonger la durée de travail, en liant l'âge de la retraite à l'espérance de vie. "Cela permettrait d’éviter que les nouvelles générations ne soient confrontées à une augmentation des impôts et à une diminution de leurs pensions."

Le recours facilité aux temps partiel et les mesures favorables à l'embauche des seniors sont une des clés, indique le rapport. 

RTL

© OCDE