Début octobre, le gouvernement luxembourgeois a décidé de répondre à la crise du logement en présentant le projet de réforme de l'impôt foncier. "Le temps est venu de réagir" nous a confié la ministre de l'Intérieur, Taina Bofferding, dans une interview exclusive.

Le gouvernement luxembourgeois a dévoilé en octobre sa stratégie pour répondre à la pénurie de logement. Car on le sait désormais, le Grand-Duché ne construit pas assez pour satisfaire la demande qui n'a cessé de croître ces dernières années. Aiguillé par les études du Liser, les ministères de l'Intérieur, du Logement et des Finances ont décidé de s'attaquer à l'impôt foncier en proposant une réforme d'un système qui date de 1941.

Pour ce faire, un nouveau calcul de l'impôt foncier et deux nouvelles taxes ont été imaginées. Il s'agit évidemment de l'impôt à la mobilisation des terrains et de l'impôt sur la non-occupation des logements. Un éventail d'instruments "contraignants" qui doivent permettre, à terme, de "contrecarrer la spéculation" immobilière d'après la ministre de l'Intérieur, Taina Bofferding. Elle insiste sur le fait que le but de cette réforme n'est pas "de remplir les caisses de l'Etat" mais bien de "mobiliser des terrains" et les logements laissés vides.

"Le temps est venu de réagir" nous a-t-elle confié dans une interview lors de laquelle la ministre a évoqué les spécificités de cette réforme, les effets qu'elle pourrait avoir et le contrecoup des annonces faites au mois d'octobre. Pour en savoir plus, consultez notre 13e épisode de "La Bulle Immo" en cliquant ci-dessous.

13. La réforme de l'impôt foncier

Vous pouvez également écouter ce podcast sur RTL Play, Apple Podcast et Spotify.