Dans moins d'un an, le dimanche 8 octobre 2023, les électeurs luxembourgeois voteront leurs nouveaux députés à la Chambre. Dernière ligne droite pour le gouvernement Bettel-Lenert.

Fin du suspens. Dans un communiqué publié ce mercredi, le ministère d'État a annoncé que les prochaines élections législatives auront lieu le 8 octobre 2023, en vertu de l'article 134 de la loi électorale.

Ce suffrage universel direct permet aux Luxembourgeois d'élire les 60 députés qui composent la Chambre des députés pour les cinq années à venir. 23 députés seront élus pour la circonscription Sud, 21 pour le Centre, 9 pour le Nord et 7 pour représenter l'Est du pays.

Des élections primordiales puisqu'au lendemain du vote, l'actuelle coalition gouvernementale DP-LSAP-déi gréng donnera sa démission et, en fonction des sièges obtenus par les partis et leur potentielle entente, un nouveau gouvernement se formera. Le gouvernement Bettel-Lenert en place, avait officiellement été assermenté le 5 décembre 2018 suite aux élections législatives du 14 octobre 2018. Le temps de s'entendre et de signer un accord de coalition pour cinq ans.

Il reste donc moins de onze mois au gouvernement Bettel-Lenert pour convaincre les électeurs. Et la coalition gouvernementale DP-LSAP-Les Verts au pouvoir a encore bien du pain sur la planche avant l'échéance électorale.

➡ Santé, impôts, logements: Le gouvernement Bettel a du boulot avant les élections

Comme d'habitude, les électeurs recevront une convocation de leur commune de résidence pour les élections de 2023. Rappelons que tous les électeurs inscrits sur les listes électorales peuvent voter par correspondance, mais que le vote est obligatoire au Luxembourg.

2023 sera une double année électorale puisque quatre mois avant ces élections nationales, se dérouleront les élections communales fixées le 11 juin 2023. La loi sur les élections communales ayant été modifiée cet été, il y aura plus de 68.000 électeurs potentiels supplémentaires pour les prochaines élections communales.

À lire également: 

Déjà trois ans au pouvoir: Le gouvernement Bettel tient-il ses promesses ?