Vous l'avez sûrement constaté et cela va peut-être vous aider à faire des économies d'énergie: il fait doux pour l'instant. Entre 15 et 20 degrés en moyenne, ce qui est très rare pour une deuxième quinzaine d'octobre.

Cette douceur surprenante a également des conséquences sur la faune et sur certains insectes notamment, comme les coccinelles qui envahissent littéralement certaines habitations en profitant d'endroits isolés et protégés comme les châssis ou les remises.

Elles sont de retour sur les façades et les fenêtres: reconnaissables à leurs points noirs sur fond orangé, les coccinelles se comptent par dizaines aux abords ou dans des habitations.

"Oh oui, j'en ai vu plusieurs dizaines en tout cas, j'en ai eu plusieurs sur moi d'ailleurs, ce qui m'a étonné parce que vraiment, c'était devenu quelque chose assez rare", explique un passant. "On en a eu en début de saison, je suis arrivée à les traiter avec un produit, mais de nouveau ça recommence", constate une autre témoin.

Avec la hausse des températures, elles prolifèrent: Jacques a déjà observé, en travaillant, des coccinelles de plusieurs espèces différentes. "D'habitude, ce sont les coccinelles rouges à points noirs, mais il y aussi des coccinelles dorées, et je viens de regarder sur Internet, ce sont des coccinelles "americana", explique-t-il.

Dans la plupart des cas, il s'agit de coccinelles asiatiques nuisibles pour les coccinelles autochtones. Leur objectif: passer l'hiver à l'intérieur des habitations en s'abritant dans des fissures ou ouvertures.

AUCUN RISQUE POUR LA SANTÉ

"Les coccinelles émettent une phéromone d'agrégation qui est très forte et donc qui fait qu'elles vont vraiment s'agréger en très grand nombre, voilà pourquoi ça devient une nuisance, car on a l'impression qu'elles sont nombreuses, parce qu'elles s'agglutinent au même endroit", explique Lara De Backer, directrice de l'insectarium Hexapoda.

La coccinelle asiatique a volontairement été importée chez nous dans les années 1980 pour lutter de manière biologique contre les pucerons et autres insectes ravageurs dont elle se nourrit. "Quand on a vraiment des amas, le mieux c'est encore de les prendre à l'aspirateur et de mettre le sac de l'aspirateur au congélateur. Après, il faut vraiment bien nettoyer les fenêtres parce que leurs phéromones d'agrégation sont très tenaces", termine la directrice.

Les ramasser à l'aide d'un sac est une autre solution, car cette espèce ne représente aucun risque pour la santé humaine. Si ces petits insectes ne vous dérangent pas outre mesure, vous pouvez également les laisser passer l'hiver là où elles ont décidé de se poser, sans oublier que la plupart d'entre elles sont nuisibles à "nos" coccinelles européennes.