En octobre 2023, les Luxembourgeois se rendront aux urnes pour trancher. La coalition gouvernementale DP-LSAP-Les Verts au pouvoir a encore bien du pain sur la planche ces prochains mois. Tour d'horizon des dossiers ouverts.

Dans un an, début octobre2023, le Luxembourg se rendra à nouveau aux urnes pour élire un nouveau gouvernement, juste après les élections communales du 11 juin 2023. Voici le programme des ministres avant la formation d'un nouveau gouvernement.

Tout d'abord, le classique: le discours sur l'état de la Nation prévu ce mardi 11 octobre. C'est lors de ce discours, d'une durée minimum d'une heure, que le Premier ministre présentera les priorités du gouvernement pour les 12 prochains mois. En 2021, Xavier Bettel avait parlé de son souhait de ne pas augmenter les impôts ou de réaliser une étude afin de décarboner l'industrie luxembourgeoise d'ici 2040.

Ensuite, l'ouverture du nouveau centre pénitentiaire Uerschterhaff à Sanem est prévue pour le 30 novembre. Cette prison pourra accueillir jusqu'à 400 personnes en détention provisoire afin de délester Schrassig.

RTL

Plusieurs projets de loi sont également attendus tout au long de cette année, ils devraient normalement être votés avant la fin de cette législature. Parmi eux: la loi agricole, qui devrait limiter les exploitations à maximum 200 bêtes afin de réduire la production d'ammoniac.

SANTÉ ET VACCINATION OBLIGATOIRE

La santé représente également un grand chantier pour le monde politique, notamment le projet de loi 8009 sur le virage ambulatoire, la décentralisation des activités hospitalières et des soins de santé en général. Les hôpitaux pourraient ainsi ouvrir des annexes un peu partout dans le pays, et le centre médical du Potaschberg pourrait également proposer un service d'IRM remboursé par la CNS. Un autre projet de loi devrait également arriver sur la table, proposant une nouvelle forme de cabinets médiaux et permettre la collaboration entre les docteurs et le personnel paramédical.

La création d'une agence du médicament est également dans les tuyaux afin que le Luxembourg puisse faire lui-même ses analyses et suivis des médicaments sur le marché plutôt que de dépendre notamment de l'UE.

Toujours dans le domaine de la santé, la question de l'obligation vaccinalecontre le Covid-19 reste d'actualité après le refus du Conseil d'État de se prononcer sur un avant-projet-de-loi qui n'avait pas encore été présenté au Parlement. 42 questions précises avaient alors été envoyées au Conseil d'État par le gouvernement, les réponses devraient bientôt être publiées.

Ce document influencera la décision des autorités de soit faire passer ce projet de loi en priorité ou de le mettre de côté tout en gardant un œil sur l'évolution de la situation sanitaire. En outre, la nouvelle loi Covid devra également être votée avant le 30 octobre prochain.

-> Les nouvelles mesures Covid: L'isolement passe à quatre jours au Luxembourg

Toujours en matière de santé, un point important dans l'accord de coalition concerne la gratuité des contraceptifs: pilule, préservatif, stérilet, etc. Cette décision interviendrait sur une convention entre la Santé et la CNS.

En sport, c'est le projet de loi concernant la construction du vélodrome à Mondorf qui est en attente d'un avis du Conseil d'État. Le congé sportif devrait également être soumis à une nouvelle réglementation d'ici la fin de cette législature.

Plusieurs projets sont également sur la table de la Défense et de la Sécurité intérieure avec la modernisation et la réorganisation de l'armée. Le projet de loi sur les fichiers de police est également en attente tout comme l'autorisation de porter des bodycams pour les agents de police.

En ce qui concerne la famille et le social, une loi devrait réglementer la qualité des maisons de repos et de soins. Un projet de loi prévoit plus de transparence notamment au niveau des tarifs pratiqués pour ces services aux seniors.

Également au programme des autorités sur le plan économique, des plaintes collectives devraient pouvoir être déposées à partir de l'année prochaine. Un projet de loi prévoit effectivement le regroupement officiel de consommateurs afin qu'ils puissent se défendre contre des acteurs majeurs du secteur.

LOGEMENT ET LOYERS

Un Conseil de justice doit définitivement voir le jour, tout comme la création d'un statut pour les juges. La justice a du pain sur la planche avec la réforme de la protection de l'enfance ainsi que du droit pénal des mineurs, mais également la loi sur les ASBL, sur les lanceurs d'alerte, sur l'accès aux origines et la réforme de la loi sur les prisons de 2018.

Le logement est évidemment au centre de toutes les attention avec plusieurs projets de loi, notamment l'"aide à la pierre" afin de construire davantage de logements abordables. Cette réforme permettra à un nombre plus élevé de citoyens de profiter des aides publiques au logement.

Enfin, le projet de loi 7642 a pour but de réformer la loi sur les loyers (bail à loyer). La garantie locative devrait ainsi être réduite de 3 à 2 mois, les frais d'agence devront également être partagés équitablement entre le locataire et le propriétaire et la colocation devra enfin être définie de manière officielle afin d'autoriser cette "nouvelle" façon d'habiter au Luxembourg.