Existe-t-il un phénomène de gang chez les jeunes au Luxembourg? C'est ce qu'ont voulu savoir l'ADR et le CSV dans une question parlementaire.

L'ADR et le CSV ont questionné la ministre de la Justice Sam Tanson, le ministre de l'Éducation Claude Meisch et le ministre de la Sécurité intérieure Henri Kox au sujet d'un potentiel phénomène de gang chez les adolescents qui se rapprochent via les réseaux sociaux puis maltraitent d'autres jeunes de manière groupée.

À cette question, les ministres ont répondu qu'en l'état actuel des choses, ils peuvent affirmer que les jeunes concernés proviennent de différentes régions du Luxembourg et ne se concentrent pas sur une seule école. La plupart des faits qui leur sont reprochés ont eu lieu en dehors du milieu scolaire.

Dans leur réponse à la question parlementaire, les ministres Claude Meisch et Sam Tanson ajoutent que l'école est en règle générale un lieu sûr. C'est pourquoi il n'est pas surprenant que la direction ait agi et poursuivi les auteurs tout de suite après l'incident survenu dans un lycée de l'ouest du pays.

Dans les mois à venir, le concept d'un "agent de protection de l'enfance" sera introduit, une sorte de personne de confiance avec qui les jeunes pourront discuter de manière simple et sûre de la violence qu'ils ont subie.