Julien Licheron, Pierre Clément et Soufiane Saadi s'entretiennent avec notre journaliste Gaël Arellano quelques jours après la publication des derniers chiffres de l'Observatoire de l'Habitat. Des chiffres qu'il faut interpréter avec prudence.

Des prix toujours plus élevés, des taux d'intérêt qui explosent et, désormais, des acheteurs qui peinent à suivre. Si les derniers chiffres de l'Observatoire de l'Habitat confirment une nouvelle hausse des prix sur douze mois, la situation est en train de changer sur le marché de l'immobilier.

Avec des ventes en forte baisse, un stock de biens en forte hausse et une demande de moins en moins importante, le Luxembourg finalement avoir atteint un point de bascule. Car, on ne le sait que trop bien, quand l'offre dépasse la demande, les prix ont tendance à chuter.

"La fête, qui a régné pendant des années, est finie" lâche d'ailleurs Pierre Clément, PDG de l'agence Nexvia, qui nous a confirmé que le stock de biens immobiliers à vendre a augmenté de 60% ces derniers mois. "Les biens ne s'écoulent plus aussi vite", confirme Soufiane Saadi, à la tête du groupe atHome.

Le facteur déterminant dans cette équation est l'envolée des taux d'intérêt qui s'est répercutée sur le volume des transactions réalisées au Luxembourg ces derniers mois. Et il faut le savoir, les chiffres présentés la semaine dernière par l'Observatoire de l'Habitat correspondent au deuxième trimestre 2022.

Ils se basent principalement sur des compromis de vente signés "pour la majorité avant fin avril 2022" et donc "en grande partie avant la forte hausse des taux d'intérêt". Ils ne reflètent donc pas l'actualité comme nous le confirme Pierre Clément qui estime que le scénario le plus probable est désormais "celui d'une correction des prix".

Pourquoi? La réponse dans notre nouveau numéro de La Bulle Immo que vous pouvez consultez ci-dessous.

10. "La fête est finie", une baisse devenue inéluctable

Vous pouvez également écouter ce podcast sur RTL Play, Apple Podcast et Spotify.