Les prix augmentent et les hôtels et restaurants luxembourgeois sont particulièrement touchés. Normal, ils travaillent avec des appareils qui consomment beaucoup d'électricité ou de gaz.

C'est notamment le cas de l'Hôtel Bel-Air, Sport & Wellness à Echternach, qui a fêté ses 95 ans cette année. Il s'agit d'un bâtiment ancien, qui est encore chauffé au fioul. Le département wellness avec sa piscine est particulièrement énergivore, parce que l'eau doit être préchauffée. Mais actuellement les clients de l'hôtel ne peuvent pas profiter de la piscine.

"La piscine est tombée en panne pendant l'été. En plus, les pièces pour la réparer ne sont pas encore arrivées. Je dois dire qu'en ce moment, avec les prix actuels de l'énergie, cela nous arrange bien. Nous avons maintenant constaté qu'en raison du bon été chaud, mais aussi du fait que nous n'avons plus à chauffer l'eau, cela nous aide beaucoup à économiser de l'énergie car nous devons alors moins remplir la cuve", explique Stéphanie Hein, gérante.

-> Boucheries, boulangerie... "Tôt ou tard", les prix vont augmenter au Luxembourg

Jusqu'à fin septembre, le chauffage n'était pas allumé dans le département wellness. A présent, nous sommes en octobre, il faut chauffer quand même, à environ 23 degrés. Avec un plein de fioul, l'établissement s'en sortira pendant trois à cinq semaines, si la piscine était en service, ce serait moins longtemps.

RTL

La cuisine de l'hôtel consomme également beaucoup d'énergie. Ici, c'est du gaz. Avec la hausse des prix de l'énergie, les prix des aliments augmentent aussi. Certains produits ont augmenté de 50 à 100%. L'hôtel a réagi au niveau des commandes:

"Maintenant, pour l'huile, par exemple, dont le prix a aussi grimpé de 50-60% et nous avons évidemment besoin de beaucoup d'huile pour cuisiner, nous avons acheté une palette. Nous avions reçu une bonne offre et nous avons acheté la palette, là nous savons que nous en avons pour longtemps. Nous utilisons beaucoup d'huile et dans cette période, c'est sensé."

Quand il s'agit d'économiser l'énergie, la direction de l'hôtel est dépendante de la coopération du personnel et des clients. Stéphanie Hein explique:

"D'un autre côté, nous essayons bien sûr de sensibiliser notre personnel à ne pas ouvrir les fenêtres tout grand, à fermer les porte derrière eux, à ne pas laisser la lumière allumée. Mais quand même... nous sommes un hôtel. Nous ne pouvons pas éteindre les lumières partout, car sinon l'établissement aura l'air fermé."

Avec l'aide d'un consultant en énergie, l'hôtel examine actuellement où l'énergie pourrait encore être concrètement économisée. Par ailleurs, l'établissement va être agrandi. La nouvelle aile sera moins énergivore. Mais les travaux ne devraient pas être terminés avant trois à quatre ans, selon Stéphanie Hein.

Le reportage de RTL en luxembourgeois: