Le Statec a estimé que les mesures trouvées en tripartite vont freiner l'inflation au Luxembourg. Au point de repousser l'index de quelques mois.

La tripartite a visiblement eu l'effet escompté. Quelques jours après l'annonce des mesures anti-inflation par le gouvernement et les partenaires sociaux, le Statec a sorti sa calculette.

Ce vendredi 30 septembre, l'institut de statistiques s'attend à ce que l'inflation soit limitée à 2,8% en 2023, contre 6,6% si la tripartite n'avait pas eu lieu.

Les mesures de soutien, notamment sur l'énergie, et la baisse de la TVA, devrait contribuer à empêcher l'explosion des prix de l'énergie dès la fin d'année.

À partir de ce 1er octobre, le gaz ne pourra pas augmenter de plus de 15%. Puis au 1er novembre, une remise de 15 centimes par litre sera appliquée sur chaque litre de fioul. En janvier, c'est ensuite le gel de l'électricité qui s'appliquera.

L'INDEX VA ÊTRE DÉCLENCHÉ PLUS TARD

Selon le Statec, ce ralentissement de l'inflation va repousser le déclenchement de l'index. Sans les mesures gouvernementales, la prochaine hausse des salaires aurait eu lieu d'ici fin 2022.

En l'état actuel des choses, avec l'accord de tripartite, elle ne devrait finalement pas être effective avant le premier trimestre 2023... Date à laquelle les salariés auraient potentiellement eu un 2e index, avançait le Statec il y a quelques jours encore.

Sans compter l'index repoussé de juillet 2022 à avril 2023, le Statec estime aujourd'hui que cet index du 1er trimestre sera le seul déclenché l'an prochain.

Toujours selon les dernières données à sa disposition, le Statec confirme que la tripartite de septembre va protéger le pouvoir d'achat de tous les Luxembourgeois, surtout ceux aux revenus plus faibles.

"Le manque à gagner des revenus indexés a été surcompensé par la baisse des dépenses et les mesures ciblées" écrit le Statec. Permettant ainsi d'augmenter leur pouvoir d'achat.