Ce vendredi à été consacré à la projection du film de reconstitution dans le procès du conducteur abattu par un policier à Bonnevie en avril 2018.

Que s'est-il exactement passé, lorsque l'accusé, en service ce jour-là, a tiré à bout pourtant sur un conducteur qui roulait vers lui à une vitesse de 30km/h.

Un long film avait été annoncé et c'est pendant 3h que l'assemblée a pu visionner la reconstitution des faits présentée comme un plan séquence, pratiquement sans interruption. Le clip montre notamment des témoins qui expliquent à la juge d'instruction ce qu'ils ont vu ce jour-là, tout comme les trois policiers présents au moment des faits, dont l'auteur des coups de feu et principal accusé, qui ont tenté d'arrêter le fugitif.

La vidéo, tournée en septembre 2019, montre des policiers encore très jeunes, au moment des faits l'accusé était âgé de 22 ans et en service à la police depuis 8 mois. Deux des policiers ont tenté de poursuivre la voiture, qui avait refusé de se plier à un contrôle, à pied. L'un des deux avait déjà sorti son arme lorsque la voiture du fugitif a percuté un autre véhicule garé. Malgré les injonctions répétées, le conducteur de la voiture ne s'est pas arrêté et a continué sa route vers la voiture de police de son collègue.

L'emplacement exact de l'accusé lorsqu'il a tiré vers le fugitif est l'un des points essentiels dans ce procès, afin de trancher s'il s'agissait de légitime défense ou si d'autres alternatives auraient pu être envisagées. Plusieurs perceptions de ce point existent: a-t-il fait un pas avant de tirer ? A-t-il suivi la voiture avec son arme lors des trois coups ou s'est-il déplacé ? Aucune réponse concrète n'a pu être livrée à ce stade.

L'accusé a affirmé que la voiture du fugitif s'était arrêtée à trois mètres de son véhicule de fonction, lorsqu'il en est sorti, il a à nouveau ordonné à l'individu de sortir de sa voiture, ce qu'il a refusé de faire avant de reculer sur une quinzaine de mètres.

C'est à ce moment que l'ex-policier aurait sorti son arme tout en appelant du renfort à la radio. Les trois coups de feu ont été tirés d'une main au moment où la Mercedes s'est à nouveau dirigée vers lui à une vitesse de 30km/h. La voiture a finalement continué sa route en passant à côté de la voiture de police, avant d'effleurer le mur d'une maison et de percuter un arbre à une vitesse de 25km/h.

Suite du procès la semaine prochaine.

À lire également: Le policier auteur du coup de feu "jouait sans cesse avec son arme"

À lire également: Le policier poursuivi invoque la légitime défense