Après la signature au ministère d'Etat, le Premier ministre, Xavier Bettel, se rendra devant les députés vers 16h00 pour fournir des détails.

Aussitôt Xavier Bettel rentré de son voyage aux Etats-Unis et au Japon, l'accord reprenant les dispositions retenues au terme de 30 heures de négociations serrées lors des réunions du Comité de coordination tripartite, sera signé.

A lire également:
- Index, baisse de la TVA, salaire minimum: Des mesures "sans précédent" présentées au bout de trois jours de négociations

- Après le LCGB: L'OGBL et la CGFP valident à leur tour l'accord tripartite
- Première réaction: Le LCGB donne son feu vert pour l'accord de la tripartite

Le document sera signé à 13h30 au ministère d'Etat par les représentants du gouvernement, de l'UEL (Union des entreprises luxembourgeoises) et des syndicats. Le Premier ministre fera ensuite une déclaration à la Chambre des députés, qui débutera à 16h00 et devrait durer trente minutes. Chaque groupe parlementaire et sensibilité politique disposera alors d'une dizaine de minutes pour présenter son point de vue sur l'accord.

Dans le même temps, la Commission parlementaire spéciale "Tripartite" sera réactivée, afin d'analyser les lois qui seront rédigées pour transposer l'accord. Ce sera aussi son travail lors de la nouvelle session de chambre, qui débutera le 11 octobre. Le président de cette Commission sera le président du groupe parlementaire DP, Gilles Baum,  il sera assisté du coprésident du groupe CSV, Gilles Roth, et de la présidente de la fraction des Gréng, Josée Lorsché.

Vendredi, le conseil de gouvernement consultera à propos des lois qui mettront en oeuvre l'accord tripartite, avec une envergure financière de près d'un milliard d'euros et des mesures qui devraient faire baisser l'inflation de sorte que seule une tranche indiciaire soit due en 2023.

La tranche indiciaire reportée cet été, sera payée en avril. L'accord tripartite prévoit le gel du prix de l'électricité à son niveau actuel et le plafonnement du prix du gaz à +15% par rapport à son prix actuel.

Une baisse de 15 centimes du prix du gazoil de chauffage a également été décidée, de même que la prolongation de l'allocation de vie chère et de la prime énergie jusqu'à fin 2023, la hausse du salaire minimum et la baisse d'un pourcent de la TVA.