Le comité national de l'OGBL a donné son feu vert mardi matin à l'accord issu de la tripartite, a annoncé la présidente de la Confédération syndicale indépendante.

Les revendications ont été satisfaites et l'OGBL se sentirait conforté dans sa position après son refus de soutenir l'accord précédent, a ajouté Nora Back.

A propos de l’absence de sélectivité dans le plafonnement des prix de l’énergie, Nora Back, a déclaré qu’elle comprenait cette critique, mais qu’il fallait aller vite. L’OGBL s’était engagé à ce qu’un frein soit mis à la hausse du prix du gaz le plus vite possible, de préférence dès octobre. Cela n’aurait pas été possible avec une sélectivité sociale, aurait expliqué le gouvernement. Par ailleurs, de longues discussions sur les critères d’attribution – qui reçoit combien ? - des aides financières, auraient ainsi été épargnées.

Mardi toujours, le dernier accord issu de la tripartite a été adopté à l’unanimité lors de la réunion du comité national de la CGFP. Du point de vue de la Confédération générale de la fonction publique, l’accord est satisfaisant, car en plus des entreprises, les ménages privés seront sensiblement aidés au cours des 15 prochains mois.

Le LCGB avait validé l'accord dès lundi. Il reste à la CGFP à donner son feu vert. Les instances de la Confédération générale de la fonction publique se réuniront mardi et mercredi. L'accord issu de la tripartite, qui a réuni la semaine dernière syndicats, employeurs et gouvernement, dans le contexte de la crise énergétique, doit être signé cette semaine.