L'État central dispose actuellement d'un surplus de 969 millions d'euros, qui devrait cependant rapidement fondre à cause des mesures prises lors de la dernière tripartite.

La ministre des Finances Yuriko Backes, en pleine élaboration du budget pour 2023, a déclaré pouvoir s'appuyer sur de solides bases financières pour préparer le futur: "si la situation actuelle des finances publiques se présente plus favorablement que prévue, il ne faut pas perdre de vue qu’une nette détérioration s’annonce dans les mois à venir et les défis liés à la guerre en Ukraine et à la flambée des prix de l’énergie ne manqueront pas de laisser leur trace. Je suis convaincue que les conséquences de l’inflation seront atténuées aussi bien pour les ménages que pour les entreprises, et sans remettre en cause la solidité de nos finances publiques".

Au 31 août 2022, les recettes de l’Administration centrale se chiffrent à un total de 15,7 milliards d’euros, soit une progression de +9,6% par rapport à la même période de l’année précédente. Quant aux dépenses de l'Administration centrale, celles-ci se sont chiffrées à un total de 14,8 milliards d'euros au 31 août 2022, soit une hausse de +2% ou 292 millions d’euros.

L'évolution positive des recettes couplée à des dépenses globalement stables mène ainsi à une situation financière excédentaire, le solde de l’Administration centrale, selon les règles de comptabilité européennes strictes, se chiffrant à un surplus de +969 millions d’euros au 31 août 2022. Il faudra cependant s’attendre à une hausse significative des dépenses et donc à une détérioration du solde au cours des prochains mois. En particulier, les pressions inflationnistes sur les prix, le ralentissement attendu de l’économie mondiale et la mise en œuvre des mesures décidées dans le contexte du "Solidaritéitspak", de l’"Energiedësch" (table ronde énergie) ainsi que de la récente tripartite se feront progressivement sentir dans les chiffres.

"L’État dispose de la marge de manœuvre nécessaire pour financer les mesures retenues lors de la tripartite. Alors que je prépare le projet de budget pour 2023, je m’engage à œuvrer, sur ces bases solides, en faveur de la soutenabilité à moyen et long terme de nos finances publiques, tout en adressant également les défis structurels auxquels notre pays face", a conclu la ministre des Finances.