Les fournisseurs se seraient déjà mis d'accord de limiter le prix du gaz à partir du 1er octobre, même si la loi n'a pas encore été votée.

Toute les mesures décidées dans le cadre de la dernière tripartite, devraient être en vigueur à temps. "Les différentes dispositions des principaux accords entre gouvernement et partenaires sociaux sont en train d'être couchées sur papier", indique le ministère d'État.

Toute une série de mesures, comme le plafonnement des prix, doivent être déposées sous forme de projet de loi avec tous leurs détails et leurs technicités à la Chambre des députés. D'autres mesures peuvent être appliquées en tant que règlement, une procédure qui est plus rapide que la création d'une nouvelle loi. "Cela représente quand même beaucoup de travail", souligne le ministère de l'Énergie.

Le projet de loi devrait seulement être analysé par la Commission parlementaire "tripartite" après le mercredi 28 septembre. L'accord devra d'abord être formellement signé par l'Union des entreprises (UEL) et les syndicats OGBL, LCGB et CGFP mercredi.

Si la Chambre le souhaite, Xavier Bettel fera également une déclaration devant les députés, comme après la tripartite de mars.

À lire également: L'industrie d'accord avec les mesures de la tripartite, mais pas satisfaite

Lors de la présentation de l'accord mercredi, le gouvernement avait salué la décision des fournisseurs d'énergie de limiter la hausse des prix à partir du 1er octobre, même si la loi n'est pas signée à cette date.

En ce qui concerne le plafonnement du prix de l'électricité, ce dernier ne devant plus augmenter avant le 1er janvier, les autorités disposent d'une marge de temps un peu plus large.