Climat nauséabond et tendu chez Luxair à quatre jours de la tripartie aviation et d'une "grande manifestation" à Luxembourg. Le conseil d'administration veut une "démarche constructive" et nomme un médiateur de renom.

De l'aveu même de son directeur général, Gilles Feith, la compagnie aérienne luxembourgeoise allait "très mal" début 2021 et était "toujours dans le rouge" fin août 2022. Sous pression depuis des mois, les salariés réclament de meilleures conditions de travail et de rémunération.

Une "grande manifestation" est annoncée par les syndicats du secteur (OGBL, LCGB et NGL-SNEP) sous les fenêtres du ministère de la Mobilité pour ce lundi 26 septembre. Le jour même de la tripartite aviation, secteur qui emplois plus de 30.000 personnes au Luxembourg.

En vue de cette tripartite, le conseil d’administration de Luxair, présidé par Giovanni Giallombardo, s'inquète du dialogue social qui "semble avoir été remis en question", mais assure vouloir "soutenir une démarche constructive" pour sortir de l'ornière.

Dans le but de "rassembler toutes les parties autour d’une table" le conseil d’administration de Luxair, s'active pour que soient prises en compte les demandes et doléances de part et d’autre et a demandé à l'ancien Procureur général d'État, Robert Biever, d'assurer le rôle de médiateur.

UNE "HAUTE CHARGE DE TRAVAIL" RECONNAÎT LE CONSEIL D'ADMINISTRATION

Via un communiqué daté de ce jeudi, les administrateurs assurent que "Luxair est en train de se remettre financièrement mais que les perspectives sont encore difficiles".

Ils ont exprimé leur confiance au management et à Gilles Feith, directeur général de Luxair, dont la probable démission avait été qualifiée de rumeur par le ministre de la Mobilité lui-même lundi. Ils ont su, dans le contexte d'une reprise plus que difficile, "relancer les opérations de Luxair et composer avec les difficultés que la pandémie et la crise de l’énergie".

Le conseil d'administration remercie surtout tous les agents de Luxair à relever le défi. Car, reconnaît-il, dans le contexte de la reprise post Covid "très turbulente pour l’aviation européenne en général" bien qu'au Luxembourg la situation à l’aéroport "s’est révélée bien meilleure qu’ailleurs", la charge de travail "a été haute pour assurer la production et des flexibilités ont été nécessaires".

À lire également: 

Déboires financiers: Une "grande manifestation se prépare chez Luxair

Démission du DG: François Bausch qualifie cette information de "rumeur"