La crise est toujours là, a indiqué mercredi midi sur RTL le représentant du patronat, à propos de l'accord issu de la Tripartite.

"La guerre ne serait pas terminée" et "le Luxembourg serait toujours en pleine guerre de l'énergie", a souligné Michel Reckinger. "Rien n'aurait changé à cela."

L'accord serait important, parce qu'il aide les ménages face à l'escalade des prix de l'énergie. Pour qu'ils ne soient pas immédiatement terrassés.

A lire aussi:Index, baisse de la TVA, salaire minimum: Des mesures "sans précédent" présentées au bout de trois jours de négociations

Les ménages seraient soutenus via le budget de l'Etat, ce qui serait bien. "Nous allons combattre l'inflation, mais la cause de cette inflation serait toujours bien là", résume le président de l'UEL, l'Union des entreprises luxembourgeoises. Même si les mesures vont dans le bon sens, Michel Reckinger "ne se sent pas rassuré."

En tant qu'entreprise, vous ne pourrez bénéficier du plafonnement des prix de l'énergie que si vous bénéficiez du tarif standard. Les entreprises seront soutenues avec d'autres mesures, dont certaines devraient encore être approuvées par Bruxelles. La tranche indiciaire qui s'annonce en février, ne tomberait pas très bien non plus et ferait mal.

Par solidarité et parce que les mesures sont importantes pour la population, le patronat soutiendra l'accord.