Ce jeudi 1er septembre, le Luxembourg va abandonner sa remise sur le carburant. Le même jour, la France va faire grimper sa remise de 18 à 30 centimes. Mais est-ce que cela sera suffisant pour provoquer un "tourisme à la pompe" vers la France?

Pour le Luxembourg et ses 240 stations-services, ce 1er septembre n'augure rien de bon.

Alors que le Grand-Duché abandonne sa remise de 7,5 centimes sur les carburants (une décision qui est loin de faire l'unanimité), la France  augmente la sienne de 18 à 30 centimes. Bref, la France va reprendre un avantage de 19,5 centimes sur les tarifs affichés à la pompe. C'est énorme, et cela pourrait faire toute la différence!

D'ailleurs, la France va aussi gagner en attractivité par rapport à nos autres voisins, puisque la Belgique va conserver sa remise de 17,5 centimes jusqu'à la fin de l'année, tandis que l'Allemagne abandonne aussi sa remise ce 1er septembre (30 centimes par litre d'essence, et 14 centimes pour le diesel).

UN TOURISME À LA POMPE VERS LA FRANCE?

Pour les stations luxembourgeoises, l'histoire risque donc de se répéter, comme en juin dernier où faire son plein était devenu plus intéressant du côté français.

"Le carburant sera clairement moins cher en France qu'ici au Luxembourg. Il est certain que des Luxembourgeois iront faire leur plein en Lorraineprédisait déjà il y a quelques jours le président du groupement pétrolier luxembourgeois.

Mais seront-ils si nombreux que cela? Car à la différence des nombreux frontaliers français qui font le plein au Luxembourg lorsqu'ils viennent y travailler, le trafic du Luxembourg vers la France est bien plus marginal. Il faudra donc que l'écart de prix soit suffisant pour motiver les résidents du Luxembourg à franchir la frontière.

CERTAINES STATIONS DÉJÀ MOINS CHÈRES EN LORRAINE

Si on regarde les prix ce mercredi, des stations-services françaises affichent déjà des tarifs très proches du Luxembourg, voire plus attractifs. Par exemple, si le diesel se vend à 1,90 euro/l au Luxembourg, on en trouve à 1,92 euro/l à Guénange, 2,009 euro/l à Metz (et si on s'éloigne, même à 1,882 euro/l à Dieuze!). Bref, tous les ingrédients sont réunis pour que dans la Grande Région, la Lorraine devienne le nouveau pôle d'attraction des chercheurs d'or noir.

Rappelons néanmoins que du côté français, le répit sera de courte durée, puisque cette remise française est limitée dans le temps et baissera à 10 centimes à partir de novembre. De plus, les stations françaises sont libres d'afficher une grande variété de prix (à la différence du Luxembourg où les stations s'alignent sur les prix maxima des carburants).

Il faudra donc bien se renseigner pour trouver les stations les moins chères. Pour cela, le site le plus sûr et fiable, car officiel, reste prix-carburants.gouv.fr, avec une mise à jour toutes les dix minutes.