La convention collective qui avait gelé les salaires des employés de Luxair, expire en 2023. Ce qui ne rassure pas Gilles Feith, le directeur de Luxair où la situation reste "compliquée".

"La situation est actuellement compliquée chez Luxair, mais ce n'est pas une exception au sein de l'Europe", c'est ce qu'explique le directeur de Luxair Gilles Feith.

Comme il le confie dans une discussion avec Paperjam, il s'inquiète de l'avenir de la ligne aérienne luxembourgeoise dont les chiffres sont toujours dans le rouge. Le fait que la convention collective expire l'année prochaine, dans laquelle les salaires avaient été gelés, n'est pas pour rassurer Gilles Feith.

Le directeur explique que flexibilité et engagement sont demandés au personnel, surtout en cette période de vacances. Même s'ils voulaient embaucher de nouvelles personnes à Luxair, ce n'est pas si simple. Le modèle social luxembourgeois peine à attirer de nouveaux candidats au Grand-Duché.

D'après Gilles Feith, la société sera confrontée à de nombreux défis  en automne. Il ajoute qu'au niveau national, une convention collective sera nécessaire pour lutter contre l'inflation.

Le CSV a demandé une réunion urgente de la Commission de la Mobilité et des Travaux publics en présence du ministre concerné, François Bausch. Ils veulent ainsi discuter des conditions de travail du personnel de Luxair. Ils estiment que les problèmes sont loin d'être résolus: il n'y a toujours pas assez de personnel, beaucoup de gens sont absents parce qu'ils sont malades, les autres employés doivent donc être flexibles. S'ajoute à cela le fait que le niveau des salaires est actuellement gelé.

PARIS-ORLY RETROUVE SON NIVEAU D'AVANT-CRISE

L'aéroport Paris-Orly a renoué avec son niveau de fréquentation d'avant-crise en retrouvant 99% du trafic de juillet 2019, avait annoncé mardi le gestionnaire des grands aéroports parisiens dans un communiqué.

Si on cumule les deux grands aéroports parisiens Paris-Charles-de-Gaulle et Paris-Orly, leur trafic a une nouvelle fois nettement progressé en juillet avec 9,1 millions de passagers accueillis, soit 86,3% du trafic de Paris Aéroport au mois de juillet 2019.

Pour Paris-Orly uniquement, avec 3,1 millions de passagers, le trafic atteint 99% du niveau de juillet 2019 lors d'un mois crucial pour le secteur.