Cela fait déjà 10 ans que le réaménagement du Knuedler est au centre des discussions. Aujourd'hui, la moitié de l'ancienne place Napoléon est recouverte de pierres blanches.

Face à cette place que l'on pourrait qualifier de "bétonnée", se posent les questions suivantes: la thématique du changement climatique n'est-elle actuelle qu'aux grands sommets? Les politiques n'ont-ils toujours pas conscience des responsabilités qu'ils portent en termes de qualité de vie et de protection de l'environnement?
En fait, observer cette place complètement blanche vous rend malade. Sur le "Knuedler" que les touristes appellent "Place Guillaume", les pierres sont presque vierges, constituant un point bien lumineux et propre sur la carte de la ville. Cependant, cette spécificité ne semble intéresser personne. L'ombre est un atout - mais le mot "changement climatique" n'était sans doute pas un terme que le collège échevinal bleu-vert maîtrisait à l'époque. Alors, pourquoi personne n'a le réflexe de reconsidérer le réaménagement de la Place Guillaume?

Le Premier échevin qui est également responsable des parcs de la ville et est historien, trouve que l'idée d'une place plus verte n'est en soi pas mauvaise. Une variante moins chère, mais pour laquelle il ne faudra pas tout arracher à nouveau.

Serge Wilmes du CSV fait référence au monastère des Franciscains et du grand jardin qui allait du Knuedler à la rue Philippe II. Aujourd'hui on pourrait et on devrait travailler avec ce concept qui accueillait des fleurs, des plantes, des arbres et des arbustes.

RTL

Dat Gréngt, wäisst agekreest, sinn d'Klouschtergäert um Knuedler.

Mais les moines ne faisaient pas partie du conseil échevinal lorsque le nouveau Knuedler a été conçu - il a d'ailleurs déjà vécu plus d'un relooking. Après la période du jardin du monastère, on a été plus radin avec la verdure. Il y a eu des arbres, mais pas beaucoup - le Knuedler était la plupart du temps assez découvert.

D'après la conseillère des Verts Claudie Reyland, ajouter du vert en ville ne suffit pas. Selon elle, il faut privilégier le développement de la mobilité douce dans les différents quartiers. Ensuite, on aurait également davantage d'espaces verts.

Devant la gare centrale sur le terrain des CFL, il y a une assez grande surface qui demeure inoccupée. Certains prétendent que cela est dû au fait que la direction sera installée dans un bâtiment qui doit être complètement rénové, d'autres disent que c'est parce que le ministre de la Mobilité veut construire un parking souterrain pour quelques milliers de vélos. Dans tous les cas, la ville et l'État ne sont pas d'accord et la Place de la Gare ne propose donc actuellement que des moyens de se garer.

La discussion sur un concept de parking à vélos dans la ville a été lancée. Il semble évident qu'il devrait y en avoir plusieurs et pas uniquement à quelques endroits.

Un concept pour implanter plus de fleurs, d'arbustes, d'arbres et tout ce qui pourrait créer de l'ombre sera certainement présenté avant les élections dans les semaines et mois à venir. Ce serait déraisonnable par 35 degrés à l'ombre de ne pas discuter de ces solutions. Vive la pluie!

UN PARKING À VÉLOS SOUTERRAIN À LA GARE?

Que ce soit pour se rendre au travail ou pour faire ses courses, toujours plus de gens profitent du vélo en ville. Mais où gare-t-on son vélo pendant ses heures de travail? Et surtout de sorte qu'il soit toujours là quand on revient le chercher!

Les MBox à la Gare sont certainement une option, mais uniquement s'il reste de la place et si on a une carte. Il n'est donc pas possible d'y déposer spontanément son vélo. "Il faut alors trouver une autre solution", estime Claudie Reyland. Accrocher son vélo à un poteau ne serait pas une solution à long terme. Les vélos électriques sont souvent volés et on ne peut donc jamais être vraiment tranquille. Les cages à vélo seraient en soi une solution pratique. Mais avec le boom du vélo, les besoins augmentent et il faudrait plus de ces solutions. La commune de la ville serait déjà sur le coup, d'après l'échevin Serge Wilmes. Les services travaillent actuellement avec des fournisseurs pour acheter eux-mêmes ces cages afin de les distribuer dans les 24 quartiers.

Les boîtes mobiles sont également utiles lors d'événements, déclare Jo Klein de ProVelo qui saluent également l'idée d'un parking à vélos à la gare. Les gens doivent être encouragés à utiliser différents moyens de transport. Vous pouvez laisser votre vélo toute la nuit à la gare et si vous venez en train, vous pouvez ainsi effectuer les derniers mètres à vélo. Le ministère de la Mobilité souhaite créer un parking à vélos souterrain pour la Gare centrale. La commune ne s'y opposerait pas, mais a désormais le choix de faire enfin de la Place de la Gare un lieu plein de vie. C'est pourquoi il serait judicieux de réaliser une participation citoyenne.

De toute façon, il y aurait déjà des places de stationnement réservées aux vélos dans la plupart des parkings, et ils sont également plutôt sûrs, comme par exemple au parking du Fort Neipperg. Selon les besoins, on pourrait supprimer une place de stationnement dans ce genre de parkings et la mettre à disposition des vélos.

RTL

Stater Gare / © Danielle Goergen