Comme l'explique l'Horesca, les hôteliers dans le sud du pays font de bons chiffres en cette année de la culture, même si quelques points critiquables demeurent.

Le but est de rendre la culture accessible à un large public, mais être une capitale culturelle c'est aussi être une vitrine sur le monde extérieur, un aimant qui attire dans la région des gens de toute l'Europe, ce qui a bien fonctionné lors des deux dernières éditions en 1995 et 2007. Esch fait déjà l'objet de plusieurs critiques, notamment dans la presse internationale. Mais, comment l'année de la culture a-t-elle jusqu'à présent affecté l'industrie hôtelière?

Violan Tarrach a un hôtel au Gaalgebierg à Esch. Depuis le lancement de l'année de la culture Esch2022, les réservations ont augmenté et beaucoup de gens s'informent également auprès d'elle au sujet de l'événement, confie l'hôtelière.

Elle explique que c'est lorsqu'il y a d'importants concerts qui ont lieu à Belval qu'elle a le plus de clients. Quand un groupe connu y joue, les chambres sont réservées déjà plusieurs semaines à l'avance. De manière générale, les nuitées dans le sud du pays ont augmenté en 2022, constate l'Horesca.

François Koepp, secrétaire général de l'Horesca: "Dans le sud très clairement. Là on voit qu'il y a une retombée sur les hôteliers. On remarque qu'il y a en effet des entreprises qui sont beaucoup réservées et qu'elles font de bons chiffres, ce qui nous réjouit énormément. Si on fait un peu le constat dans le centre, on n'y a pas de chiffres précis, vu qu'ils ne sont pas enregistrés: On peut voir à peu près si vous venez au Luxembourg pour Esch2022 ou si vous êtes ici pour le loisir ou bien pour le travail. Cependant, nous constatons que les retombées ne sont pas si bonnes."

Les organisateurs avaient volontairement choisi Esch comme capitale de la culture, explique la directrice d'Esch2022 mardi matin.

Selon l'Horesca, on comprend aisément les raisons pour lesquelles le choix s'est cette fois-ci porté sur Esch et les autres communes du sud. Il est aussi bien connu qu'un tel concept attire moins les touristes.

François Koepp, secrétaire général de l'Horesca: "Peut-être que c'est aussi dû au fait qu'effectivement les gens ont de plus en plus tendance de se rendre dans une capitale et d'ensuite se disperser et faire des activités, ce qui n'était pas le cas ici. Mais le but était justement de mettre le sud sur le devant la scène. Nous constatons qu'une capitale culturelle est censée aussi séduire une clientèle internationale. Cependant, ça ne semble pas avoir fonctionné cette fois-ci."

Une autre critique de l'Horesca concerne le programme d'Esch2022. Il manquerait en effet une tête d'affiche qui attirerait les visiteurs et leur laisserait un souvenir mémorable.