Le directeur de la santé, le Dr Jean-Claude Schmit, a confirmé ces nouveaux chiffres dans une interview à RTL lundi.

Les chiffres montent tout doucement, mais pas aussi rapidement qu'au début. L'âge moyen des personnes concernées se situe entre 30 et 40 ans et 99,1% sont des hommes. Le docteur Jean-Claude Schmit vous explique comment vous pouvez vous protéger au mieux.

Quelles personnes sont principalement touchées et quand peut-on s'attendre à un vaccin au Luxembourg ?
Ce qui est particulièrement frappant jusqu'à présent au Grand-Duché, c'est que seuls des hommes ont été testés positifs à la variole du singe. D'après le Dr. Jean-Claude Schmit, en Europe le virus se propage principalement par les rapports sexuels au sein de la communauté homosexuelle. Il explique comment protéger ce groupe à risque du virus.

Dr. Jean-Paul Schmit: "L'idée c'est de vacciner les hommes qui ont des relations avec de nombreux partenaires différents. Dans certains pays européens, ce plan a également été lancé."

Jusqu'à présent, le vaccin a été délivré en priorité aux pays comptant le plus de cas de variole du singe, comme par exemple le Portugal, l'Espagne, la France et l'Allemagne. Le Luxembourg ne dispose pas actuellement de vaccins, mais l'Union européenne a promis que 1.400 doses seraient livrées dans les prochains jours. Dès que cela sera le cas, les vaccinations pourront commencer. Contrairement au Coronavirus, le vaccin contre la variole du singe n'a pas dû être développé spécialement pour cette maladie.

Dr. Jean-Paul Schmit: "Il s'agit en fait d'un vaccin contre la variole, la variole classique qui a une réaction croisée avec la variole du singe. Ce n'est pas un nouveau vaccin, mais un vaccin qui existe depuis plus longtemps. La variole n'existe plus, mais il a toujours été important d'avoir un vaccin au cas où elle réapparaîtrait."

Même si le vaccin est d'abord utilisé au sein des groupes à risque, tout le monde peut théoriquement en bénéficier. Les effets secondaires seraient minimes, dans le pire des cas vous pourriez avoir de la fièvre ou ressentir une douleur à l'endroit de l'injection. Si vous pensez avoir été infecté par la variole du singe, vous devez le signaler au Service national des maladies infectieuses du CHL, où un test pourra être effectué sur place. Même si cette maladie est prise au sérieux, le Dr. Schmit ne voit pas de raison de paniquer.

Dr. Jean-Paul Schmit: "La situation est relativement stable. On voit que les chiffres n'explosent pas, ils augmentent progressivement, mais il n'y a pas de transmission forte. Les personnes concernées sont quant à elles également informées et savent qu'elles doivent faire attention."

Jusqu'à présent, personne au Luxembourg n'a dû être hospitalisé à cause de la variole du singe. Les personnes touchées ne présentaient que des symptômes légers tels que de la fièvre, des ganglions lymphatiques enflés et une éruption cutanée. Le virus peut être transmis via tous les fluides corporels, mais il faut avoir eu un contact physique étroit avec une personne infectée pour être contaminé.

Même si le Luxembourg n'a pas encore de vaccins, l'UE lui a promis qu'ils arriveraient cette semaine.

La direction de la santé rappelle que nous devons nous protéger afin de ralentir la propagation du virus. Pour cela il est important de se laver régulièrement les mains et d'éviter de partager des draps ou des serviettes de bain avec des personnes infectées et bien sûr il faut se protéger lors de rapports sexuels.

Afepouken - E Reportage vum Claudia Kollwelter