Qui peut glisser dans une relation violente? Comment procède l'auteur de violence? Quels sont les signes avant-coureurs?

La violence, c'est un pouvoir qui s'exerce. Quelqu'un force quelqu'un d'autre à faire des choses qu'il ne ferait pas volontairement. Dans le contexte de la violence conjugale, cette violence intervient dans ou après la relation. Bien qu'il y ait toujours des femmes et des hommes qui croient qu'une telle chose ne leur arrivera pas, il n'en reste pas moins que n'importe qui peut se retrouver dans une relation violente.

La plupart du temps, de telles situations ne se produisent pas au début, cela commence progressivement. Cela débute avec de la violence psychologique, le pouvoir, la jalousie obsessionnelle et le contrôle. Un autre facteur est la manipulation, qui fait que vous ne vous rendez pas compte au début de ce qui se passe exactement. Quand vous remarquez que quelque chose ne va pas, c'est que vous êtes dans une relation violente depuis longtemps, selon Monique Lucas, la responsable de VISAVI, une adresse destinée aux femmes victimes de violence. Au début d'une relation, vous êtes sur un petit nuage et vous ne remarquez pas les petits signes avant-coureurs autant que vous le devriez. Vous avez plutôt tendance à idéaliser le partenaire.

QUELS PEUVENT ETRE LES PREMIERS SIGNES?

Un bon exemple, c'est lorsque le partenaire exhorte l'autre à ne plus rencontrer sa famille ou ses amis.

Il arrive souvent que ceux-ci soient dénigrés par le partenaire. Son souhait de juste passer du temps seuls ensemble est plutôt pris comme un compliment par l'autre. C'est aussi confirmé par la manière de procéder du partenaire. D'un côté, il dit quelque chose de négatif, par exemple, pour ne pas sortir dîner avec des amis, et puis quelque chose de positif, comme qu'il est si heureux d'être avec l'autre et qu'il veut tout le temps passer du temps avec l'autre. L'autre a tendance à ne retenir que le positif. La jalousie et le contrôle sont d'autres signes. Ou encore ne plus avoir d'espace de liberté, ne plus se sentir bien dans sa peau, perdre sa confiance en soi. Cela se produit quand l'autre s'adapte de plus en plus au partenaire, quand il essaie de lui donner toujours raison. Il est tellement important d'écouter sa propre intuition.

QUELLES SONT LES DIFFERENTES FORMES DE VIOLENCE?

C'est la plupart du temps plus d'une forme de violence qui est exercée. Cela commence souvent par de la violence psychologique. Ensuite il y a encore la violence financière et la violence sexuelle. La plus connue est la violence physique, qui laisse aussi des traces évidentes.

Violence psychologique
La violence psychologique blesse la confiance en soi. Petit à petit, la victime renonce, ose de moins en moins exprimer sa propre opinion. Les critiques constantes, le fait d'être ridiculisée et humiliée, d'être insultée, font que la victime ne se sent plus à la hauteur. Des propos tels que "Tu ne connais rien, tu n'es rien, tu ne sais rien, c'est pour ça que c'est bien que tu m'aies", laissent des traces invisibles. Toutes les actions de l'auteur des violences sont souvent menées de manière subtile, pour que la victime ne s'en aperçoive pas immédiatement, explique Monique Lucas.

Violence financière
De nombreuses personnes ne savent pas que chacun a le droit d'avoir son propre compte en banque. Il n'y a aucune obligation non plus de donner à son partenaire une procuration sur son compte, si vous ne le souhaitez pas. Par la violence financière, les femmes peuvent être contrôlées par leur partenaire, par exemple, quand elles doivent lui donner le ticket de caisse après avoir fait des courses. Il arrive aussi qu'elles soient forcées de souscrire un prêt avec lui. Pour atteindre cela, le partenaire ne se limite pas à cette forme de violence. Les victimes peuvent être mises sous pression par la violence physique ou psychologique. Chez VISAVI, les intervenants sont souvent confrontés à des femmes qui n'étaient pas informées de ce qu'elles avaient signé comme prêt. Il y a un manque d'informations non seulement à ce sujet, mais également sur leurs obligations dans ce contexte ou sur la situation financière en général.
Dans ce cas, les femmes ne disposent pas de leur propre argent et doivent demander de l'argent si elles en ont besoin.

Violence sexuelle
Bien sûr, le viol relève des violences sexuelles, mais pas seulement. Compte aussi tout acte avec lequel vous n'êtes pas d'accord, poursuit Monique Lucas. Cela comprend également les commentaires sexuels dégradants ou le fait d'être forcé de regarder de tels films. Il est important que les femmes sachent qu'elle ont le droit de dire non et qu'elles peuvent décider elles-mêmes de ce qui leur plaît. Le "oui" du mariage ne les oblige pas à tout subir.

Violence physique
Tout ce qui laisse des traces plus ou moins visibles relève de la violence physique: frapper, maintenir, secouer, pousser, jeter dans les escaliers, brûler avec un mégot de cigarettes. Ici aussi, une violence psychologique supplémentaire s'exerce.

Toutes ces formes de violence renforcent les sentiments de peur de la victime et sa confiance en elle diminue. L'auteur veut ainsi démontrer son pouvoir.