L'ADR a dressé mercredi le bilan de la session parlementaire.

Nous voulons être le parti de la famille et de la conscience sociale, a dit le député ADR Fernand Kartheiser mercredi après-midi en dressant le bilan de l'année parlementaire et en se projetant à l'automne.

Les ambitions sont grandes. Les élections ne seraient pas pour demain, mais pour après-demain, a ajouté Fernand Kartheiser. Nous voulons nous renforcer à la Chambre, tout en visant un siège au Parlement européen. L'ADR serait devenu définitivement une alternative politique au Luxembourg. Nous ne nous contenterions pas de répéter machinalement ce que dit le parti au pouvoir, comme le feraient d'autres partis d'opposition, notamment le CSV.

L'ADR ne considère pas que le plus grand échec du gouvernement serait de n'être pas parvenu à une réforme fiscale. Sur ce point, le parti d'opposition reste sur la même ligne que le gouvernement. Il n'y aurait pas actuellement d'argent pour financer une telle réforme. Sur cette question, la position de l'ADR est toutefois claire: pas d'augmentation de la charge fiscale. En outre, le parti est clairement favorable au tourisme à la pompe et aux revenus qu'on en tire. "Le fait de faire le plein à Arlon plutôt qu'à Steinfort, n'aide pas le climat", selon Fernand Kartheiser. L'ADR n'est cependant pas opposé à des améliorations fiscales ponctuelles, par exemple pour les parents isolés ou pour les veufs. Ils doivent pouvoir rester dans leur catégorie fiscale. Le parti revendique aussi l'ajustement du barème fiscal à l'inflation. Et le salaire minimum devrait être exonéré d'impôts.

Ce qui constitue le plus grand échec du gouvernement pour l'ADR, c'est qu'il n'ait pas organisé de référendum sur la Constitution, comme il l'avait promis. C'est pourquoi il faudrait se demander comment serait abordée la notion de démocratie.

Lors des prochaines élections, l'ADR veut faire un effort particulier pour s'attaquer aux problèmes sociaux au Luxembourg. Par exemple, la précarité énergétique sera un sujet qui les aggravera. "Les gens doivent pouvoir se chauffer sans se ruiner", d'après Fernand Kartheiser. Les gens commenceraient dès à présent à s'en passer, ce qui aurait des conséquences sur toute l'économie. La croissance du pays va aussi rester un sujet d'actualité, et devrait être remise en question. Beaucoup de gens seraient déçus et s'éloigneraient ou partiraient à l'étranger. C'est pourquoi il faudrait absolument un débat sur la croissance. Et un autre sur la réforme des retraites pour que les générations suivantes aient aussi une perspective.

L'ADR souhaite encore une pluralité d'opinions et une culture du conflit dans la société. Avec des débats et des échanges, où on se présente aussi parti contre parti, selon Fernand Kartheiser, afin que les gens puissent se faire objectivement une opinion.

RTL

© Pedro Venancio / RTL