Au Luxembourg, les frontaliers français touchent un salaire nettement inférieur à ceux issus des pays voisins.

Les années passent et se ressemblent. Selon la dernière étude réalisée par le Statec sur la rémunération des frontaliers, les français restent en queue de peloton. Dans ce document, l'institut de la statistique constate des écarts de revenus annuels supérieurs à 11.000€ en 2020.

En l'occurrence, avec 47.000€ par an, les frontaliers français touchent les salaires les plus bas. Les frontaliers belges font eux quasiment jeu égal avec les frontaliers allemands: 58.100€ contre 58.600€.

Cet écart s'explique par la "spécialisation" des frontaliers dans certains secteurs de l'économie. "Par rapport aux frontaliers belges et allemands, les frontaliers français sont surreprésentés dans des activités moins bien rémunérées comme par exemple le secteur de l’Horesca, ou le commerce" détaille le Statec. Sans compter que les frontaliers français sont globalement plus jeunes "ce qui peut expliquer les écarts constatés".

S'ils sont les moins bien payés, les travailleurs venus de France sont les plus nombreux au Luxembourg: fin 2020, ils représentaient 52% de tous les frontaliers du pays. Soit environ 108.000 travailleurs. Contre 24% chacun pour les Allemands et les Belges (autour de 49.000 personnes à chaque fois).

Par rapport aux salaires moyens relevés par le Statec en 2019, seuls les Allemands ont gagné plus en 2020:

  • -396€ par an pour les Belges
  • +1.832€ pour les Allemands
  • -1.091€ pour les Français

À lire également:

- Voici les secteurs qui paient le mieux au Luxembourg

- Les facteurs qui font gonfler votre salaire