Depuis 2009, il y a au Luxembourg une loi qui autorise l'euthanasie dans des cas déterminés.

Peu de gens savent cependant que l'euthanasie est possible au Luxembourg. C'est notamment le cas de nombreux médecins et membres du personnel soignant. L'association pour le droit de mourir dans la dignité "Mäi Wëllen, Mäi Wee" souhaite informer davantage sur le sujet.

Un plus grand nombre de médecins devraient être informés sur l'euthanasie elle-même et sa pratique au Luxembourg. Les docteurs ne seraient pas encore suffisamment informés, c'est quelque-chose qui doit changer. Le président de "Mäi Wëllen, Mäi Wee", Jean-Jacques Schonckert: "Malheureusement, nous rencontrons régulièrement le cas que les gens se plaignent, nous avons consulté ici et les médecins ont dit qu'il n'y avait rien de tel au Luxembourg et qu'il fallait aller en Suisse ou recourir aux soins palliatifs. Et c'est une situation contre laquelle nous voulons lutter maintenant."

L'ASBL "Mäi Wëllen, Mäi Wee" a constitué un dossier avec les informations nécessaires, qui sera envoyé aux médecins et aux psychiatres. L'euthanasie elle-même ne peut cependant être pratiquée que par un médecin:

"Il s'agir de mourir dans la dignité. Au Luxembourg, nous pouvons actuellement vivre dans la dignité, mais il s'agit aussi de mourir dans la dignité dans le futur. Nous vivons dans une société humaniste, qui place l'être humain au centre et celui-ci doit aussi revenir au centre en médecine et pas nécessairement les machines ou les médecins. C'est un tout." 

Par ailleurs, il s'agirait d'une intervention relativement peu abordée dans la société en général.

"C'est généralement lié au thème de la mort, qui est un tabou. Il faut ajouter qu'un accident peut vite arriver, que les gens ont peur. Tout le monde pense être immortel. Mais chacun sait de son entourage que de telles choses sont déjà arrivées."

L'ASBL a réalisé une vidéo pour sensibiliser à l'euthanasie. Il faut briser le tabou sans choquer. La vidéo sera publiée sur les réseaux sociaux. A partir du 7 juillet, le clip sera également diffusé au cinéma avant les films destinés au 16 ans et plus.

L'association "Mäi Wëllen, Mäi Wee" souligne encore qu'il n'y aurait pas un droit général à l'euthanasie au Luxembourg. Les citoyens auraient seulement le droit de demander une euthanasie, s'ils remplissent les conditions déterminées dans la loi. Il faudrait avoir rempli au préalable une disposition de fin de vie. Jean-Jacques Schonckert:

"Mais il se peut aussi que survienne une maladie ou un accident inattendu, on ne peut pas le prévoir, et soudain on ne peut plus exprimer sa volonté. C'est pourquoi il est très important de faire une disposition de fin de vie, où j'établis que si je ne peux plus exprimer ma volonté, je veux une euthanasie. C'est très important, c'est un document qui doit  être déposé auprès de la Commission nationale d'évaluation du ministère de la Santé, sinon il n'est pas valable."

L'association souligne en outre qu'il est non seulement important que l'on vienne au monde dans des conditions dignes, mais qu'il en soit de même pour la mort.