Les autorités déplorent des balustrades cassées, des départs d'incendie ou encore des bouées de secours volées, les infrastructures autour du Stauséi ont beaucoup souffert ces dernières années.

Après le chaos des dernières semaines, les responsables sont désormais à la recherche de solutions afin de contrôler la cohue mais également le vandalisme sur et autour des plages du lac de la Haute-Sûre. Plusieurs visiteurs ont clairement dépassé les limites, ce qui devrait avoir des conséquences, car beaucoup de dégâts ont été constatés sur le matériel à disposition des plaisanciers mais également dans la nature.

La passerelle flottante n'a pas résisté à la forte affluence provoquée par les fortes chaleurs enregistrées les deux dernières semaines. "Le poids de nombreuses personnes qui sautent du pont en même temps a fortement endommagé certaines barrières de sécurité", déplore Ralph Di Marco, du département communication des Ponts et Chaussées qui souligne également que 4 bouées de secours ont été volées.

Ce pont flottant de Lultzhausen, qui aurait dû rester fermé jusqu'au 30 juin, rouvre finalement ce lundi après-midi.

D'autres infrastructures ont récemment été endommagées comme des pontons, et, "depuis l'année dernière, une autre pratique est devenue populaire, c'est de couper les barbelés de sécurité qui empêchent de pénétrer dans la zone de protection afin d'aller s'y baigner malgré l'interdiction", soupire le bourgmestre de la commune d'Esch-sur-Sûre, Marco Schank.

Sans oublier les traces de feu sur les pontons, les dispositifs de secours qui disparaissent, l'obligation de renouveler plus souvent les câbles de sécurité sur le pont. Un travail considérable pour la cinquantaine de personnes qui s'occupent du secteur, sans oublier un énorme budget pour la commune: "100.000 euros en 2020, dont un tiers environ pour l'évacuation des déchets. Heureusement nous récupérons environ un tiers du montant grâce à l'État qui nous soutient, mais cela n'est désormais plus assez face au comportement de certaines personnes", admet Marco Schank.

Enfin, dernier point problématique, la circulation et le parking sauvage qui n'impactent pas que les résidents du coin, mais aussi la nature et l'environnement comme le souligne Tom Schmit, ranger au parc naturel Uewersauer: "les gens veulent faire du feu et n'hésitent pas à casser des branches qui ne sont pas sèches donc une destruction de la nature qui ne servira en plus à rien".

--> À lire également: Des solutions plus radicales pour éviter la cohue au lac de la Haute-Sûre

Les autorités locales ne pensent pas que le retour du système de réservation soit une idée sensée, les minorités responsables des dégâts et des déchets devraient quand même arriver à trouver une place le long de l'eau, même sans réservation, de manière totalement illégale. Des solutions doivent absolument aboutir le 6 juillet prochain dans le cadre d'une commission "Stauséi" organisée entre les représentants du parc naturel, de la police, du CGDIS, des Ponts et Chaussées, des communes concernées et du gouvernement.

Le reportage de RTL Télé en luxembourgeois: