Centres commerciaux, restaurants et petits commerces installés près des stations-service aux frontières, accusent d'importantes baisses de leurs chiffres d'affaires. Le LCGB a demandé ce lundi une entrevue d'urgence avec le ministre des Classes Moyennes.

La nouvelle loi sur l'accord tripartite votée la semaine dernière compensera le report de l'index pour les ménages modestes, mais ne stoppera pas l'inflation galopante, ni les prix à la consommation, qui continuent d'augmenter, et encore moins la valse des prix des carburants.

Le phénomène est devenu palpable dans les stations-service luxembourgeoises du côté de la Moselle qui se trouvent déjà en difficulté. Si les véhicules de société continuent d'y faire le plein par habitude, les frontaliers sont nombreux à ne plus se ravitailler nécessairement en carburants, ni par la même occasion, en cigarettes et alcool. Romain Hoffmann, le président du Groupement pétrolier explique dans une interview accordée à RTL que "le gouvernement a encore les moyens d'aider les stations-service". Mais le temps presse, prévient le président du Groupement pétrolier qui craint "encore plus de pertes au mois d'août". 

-> Cette fois, les stations luxembourgeoises sont en difficulté

"On constate une diminution des chiffres d'affaires pour les centres commerciaux, les restaurants et les petits commerces installés près des stations-service le long des frontières. Concrètement dans les entreprises où nous avons des délégations, celles-ci nous disent qu'elles voient la clientèle diminuer, tout comme les chiffres d'affaires", explique Ricardo Ribeiro, assistant syndical au LCGB.

Le syndicat parle d'une "situation alarmante" et de "chute vertigineuse des taux de fréquentation" de la clientèle. Dans "certaines zones frontalières, les bénéfices ont ainsi régressé de 40 %", assure le LCGB qui  dispose notamment de délégations au sein de Motorway Luxembourg SA, qui compte près de 500 salariés dans les stations Total, et chez PC-Tank Sàrl qui compte près de 160 salariés travaillant pour les stations-services Esso.

-> Groupement pétrolier: "Le gouvernement a encore les moyens d'aider les stations-service"

Le LCGB lit dans cette "crise imprévisible" de la baisse de la consommation intérieure aux frontières du Luxembourg deux conséquences: le manque à gagner pour les caisses de l'État luxembourgeois et le risque de voir "plusieurs milliers d'emplois" ne plus être garantis.

Vu la situation qui s'envenime petit à petit, le LCGB estime qu'"un état des lieux global de la situation du secteur s’impose" et demande de trouver à travers le dialogue social "des aides et mesures de soutien appropriées".

"Nous venons d'envoyer une lettre au ministre des Classes Moyennes, Lex Delles, pour lui demander une entrevue d'urgence et pour demander au gouvernement de réagir rapidement", explique Ricardo Ribeiro.

À lire également:

Le tourisme à la pompe s'inverse: Les Allemands ne font plus le plein au Luxembourg 

Hausse des prix au Luxembourg: Mieux vaut faire son plein d'essence en Allemagne, voire à Thionville !