La nouvelle réglementation qui permettra de rouvrir la maternité d'Ettelbruck est vue comme "une nette amélioration pour la sécurité des nouveau-nés", estiment les spécialistes de la maternité du Centre hospitalier du Nord.

Interviewée par RTL vendredi soir, la ministre de la Santé, Paulette Lenert, avait annoncé au journal télévisé la réouverture le 1er juin de la maternité d'Ettelbruck, fermée début avril par manque de personnel. Un nouveau modèle, élaboré en collaboration avec le CHL, devrait être finalisé cette semaine. Un pas dans la bonne direction.

-> Interview de Paulette Lenert: Les bonnes nouvelles de la ministre de la Santé

Personne ne souhaitait fermer la maternité, ce n'était pas non plus un manque de sécurité, il s'agissait seulement de lever des ambiguïtés juridiques. Les pédiatres seraient bien formés, toutefois ceux de la périphérie luxembourgeoise ne seraient pas formés pour pratiquer la réanimation de bébés qui naissent en présentant une pathologie néonatale. Or la loi impose la présence d'un pédiatre.

RTL

Le Docteur Pit Duschinger / © Didier Weber

Le Docteur Pit Duschinger, gynécologue à Ettelbruck et président de la Société luxembourgeoise de gynécologie et d'obstétrique: "Il s'agit que nous n'ayons pas besoin d'appeler un pédiatre si quelque chose se passe pendant la nuit. Mais que l'anesthésiste puisse effectuer cette procédure, comme c'est déjà le cas maintenant, mais cette fois légalement. Il s'agit que ces personnes disposent des garanties légales."

Les deux tiers des anesthésistes disposent d'une formation officielle en réanimation néonatale. Dans le contexte de la réouverture de la maternité le 1er juin, tous devront maintenant avoir cette formation sur leur CV.

SIMPLEMENT UN "PLUS" SUPPLÉMENTAIRE

Le Docteur Pit Duschinger: "Par conséquent, absolument rien ne changera au fond sur le terrain dans le futur. Jusqu'à présent, pendant toutes ces années, nos enfants ont été très bien pris en charge. Car au cours des dernières années, les anesthésistes se sont chargés de cette réanimation néonatale."

RTL

Le modèle annoncé de télémédecine et de Samu néonatal, grâce auquel le personnel de la maternité du CHL pourra être emmené rapidement au Centre hospitalier du Nord en cas d'urgence, est simplement un "plus" supplémentaire, une assistance pour l'anesthésiste.

Le Docteur Pit Duschinger: "Quand ce dernier sera en train de pratiquer la réanimation d'un nouveau-né, un médecin néonatologue sera présent à la clinique pédiatrique du CHL, qui suivra [l'intervention] par vidéo. Une caméra sera dirigée sur le bébé, une autre sur les moniteurs de l'enfant. L'anesthésiste pourra ainsi obtenir à distance une indication d'un spécialiste absolu. Au moment où cela se produit, un médecin néonatologue partira de Luxembourg - pas en ambulance, mais dans une voiture rapide avec gyrophare - pour qu'il puisse être le plus vite possible à Ettelbruck ou à Esch."

OPÉRATIONNEL DÈS LE 1er JUIN

Après le Samu néonatal, l'ambulance du service néonatal du CHL arrivera sur place si un transfert est nécessaire. C'est une stratégie qui pourrait fonctionner d'ici le 1er juin pour la réouverture.

Le Docteur Pit Duschinger: "C'est au fond un système qui peut très bien fonctionner. De gros efforts ont été faits par le ministère. Les néonatologistes vont recevoir près de quatre renforts temps plein. C'est beaucoup." Une bonne solution, mais un gros problème subsiste: la pénurie de personnel. Les professions de santé ne seraient plus aussi attractives qu'elles l'étaient il y a 25 ans. Les maternités sont de facto les unités qui souffrent le plus du manque de spécialistes.

À lire également:

Manque de personnel: La maternité d'Ettelbruck ferme ses portes aujourd'hui

Maternité d'Ettelbruck: Accord trouvé pour la réouverture

Le reportage en luxembourgeois de nos collègues de RTL: