Le ministre Claude Haagen souligne que "temps que l'IRM ne sera pas régularisé, il pourrait y avoir un refus de remboursement auprès de la CNS".

La ministre de la Santé Paulette Lenert a réagi à un communiqué du Centre Médical Potaschbierg (CMP) publié ce lundi matin: "il y a bien un accord de principe, le sujet a été traité et validé lors du conseil d'administration du CHL".

Elle a toutefois expliqué que la coopération entre le CHL et le centre médical privé nécessitait encore quelques mises au point mais "la volonté de collaborer ensemble était actée", selon la ministre qui est d'avis que ses propos tenus lors du journal télévisé de vendredi soir comme quoi le Centre hospitalier de Luxembourg allait reprendre la gestion de l'IRM au Potaschberg "n'étaient peut-être pas tout à fait corrects, mais cela reste un détail".

Deux signatures figurent sous l'accord de principe. Jusqu'à présent, l'utilisation d'un IRM par un cabinet privé n'est pas légale, c'est pour cette raison que le CMP est obligé de se lier à un hôpital afin de pouvoir continuer à utiliser sa structure d'imagerie médicale: "c'est la seule solution, sinon on risque de se diriger clairement vers une fermeture", souligne la ministre.

Dans ces conditions, la CNS refuse tout simplement de rembourser les factures de l'IRM basé au centre médical privé. Le ministre de la Sécurité sociale Claude Haagen a expliqué que le CMP devait se régulariser à travers un accord avec le centre hospitalier: "ce n'est tout simplement pas légal de proposer ce genre de service dans le cadre d'un cabinet privé".

Enfin, selon l'opposition, les trois derniers ministres de la Santé ont provoqué bon nombre de confusions dans le dossier IRM. Claude Wiseler (CSV) est d'avis que "Paulette Lenert a nui à sa propre image en ne disant pas la vérité devant les caméras", son parti demande d'ailleurs à la ministre de venir s'expliquer devant la Commission parlementaire santé à la Chambre.