Deux formateurs luxembourgeois sont redevenus des élèves au Centre national de formation à la sécurité routière de Fontainebleau, considéré comme l'un des meilleurs en Europe.

Marc Backes et Gilles Schons sont à la tête de la formation des futurs motards de la police luxembourgeoise depuis plusieurs années. Eux-mêmes motards depuis 1992 et 2002, leur but n'est pas de remettre en question la formation prodiguée au Luxembourg mais de toujours apprendre davantage et de chercher l'amélioration en permanence.

En visite au Centre national de formation à la sécurité routière (CNFSR) à Fontainebleau, ils ont pu profiter d'une des plus grandes structures en la matière, considérée comme une des meilleures en Europe. Environ 1.700 motards français passent ici chaque année afin d'être formés: "notamment la génération future qui n'est pas encore en possession d'un permis de conduire mais également les plus expérimentés qui souhaitent rafraîchir leurs connaissances et leur conduite tous les six ans", explique le Lieutenant Colonel Cyrille Cousi, deuxième commandant du CNFSR.

LE CNFSR, LA RÉFÉRENCE INTERNATIONALE

De nombreux policiers étrangers viennent rendre visite au CNFSR afin de s'inspirer de leurs formations. Les responsables conseillent également des collègues originaires de l'Afrique ou du Qatar afin de garantir plus de sécurité ou de leur apprendre comment réaliser une escorte en bonne et due forme.

La police luxembourgeoise avait pour habitude de se rendre régulièrement à Fontainebleau, ce qui n'était plus le cas depuis plus de 30 ans, mais cela devrait à nouveau évoluer avec la visite de Marc Backes et Gilles Schons.

NOUVELLES EXPÉRIENCES POUR LES LUXEMBOURGEOIS

Les deux motards du Grand-Duché ont pu observer la formation des motards français lors d'un cours privé de deux semaines lors duquel ils ont pu s'entraîner sur un circuit macadamisé, comme il en existe au Luxembourg. Mais le CNFSR est doté d'un terrain de 80 hectares que l'on ne retrouve pas souvent dans les autres centres nationaux, avec des exercices sur des petits tronçons, des rampes et des circuits avec différentes bases: les motards peuvent y apprendre à adapter leur conduite sur pavés ou sur le sable.

Une expérience nouvelle qui a impressionné les deux formateurs luxembourgeois: "j'aimerais vraiment ramener au Luxembourg tout ce que l'on a appris et vécu ici", s'est exclamé Gilles Schons. "Nous voulions apprendre une nouvelle approche, c'est fait. Malheureusement nous n'avons pas de genre de terrain dans les bois au Luxembourg afin de l'inclure dans notre formation, mais ce serait un gros avantage", explique Marc Backes qui précise que "de cette manière, nos élèves pourraient encore mieux apprendre à maîtriser leur trajectoire sur n'importe quel revêtement, donc à mieux appréhender les tournants, sans pour autant avoir le corps de l'autre côté de la chaussée, tout cela évidemment pour la sécurité de tous les motocyclistes".

Cette nouvelle approche sera quand même utilisée par les deux formateurs au Luxembourg qui s'imaginent bien, comme leurs collègues français, retravailler plus souvent ensemble afin d'échanger plus régulièrement à l'avenir.