Malgré le retrait chiffré du Luxembourg par rapport à ses voisins, le gouvernement assure que l'effort de défense du pays est important.

La guerre en Ukraine a relancé la préoccupation des gouvernements européens pour leur défense nationale. Y compris au Luxembourg. Lundi, le ministre de la Défense François Bausch est revenu sur les efforts consentis et le retard luxembourgeois par rapport à l'OTAN.

Sur le papier, le problème est simple: l'OTAN requiert un effort de défense de 2% du PIB. Au Luxembourg, ce taux est actuellement estimé à 0,65%"Malgré les efforts entrepris par la Direction de la défense et l’armée, il faut se rendre à l’évidence que le Luxembourg n’est pas très bien positionné parmi les membres de l’OTAN si l’on considère uniquement la relation entre les dépenses de défense et le PIB", a admis François Bausch. Ce seuil reste "inatteignable" à l'échelle du pays: il faudrait quadrupler la dépense pour y parvenir d'ici deux ans.

François Bausch a calculé que la Défense devrait acquérir tous les ans:

  • un satellite d’observation (180 millions d’euros),
  • un satellite de communication (200 millions d’euros),
  • un avion ravitailleur (220 millions),
  • un avion de transport (200 millions),
  • 80 véhicules tactiques (367 millions).

Une atteinte du seuil des 2% signifierait aussi une attribution de 7,5% du budget de l’État pour la défense contre 2,1% actuellement.

"L’effort de défense luxembourgeois, qui était de 0,37% du PIB en 2009 et de 0,39% en 2013, est actuellement de 0,65% et devrait atteindre à 0,72% en 2024. Cette croissance illustre parfaitement les efforts entrepris dans les dernières années" a-t-il nuancé également. Selon lui, le calcul de l'OTAN "pénalise" le Grand-Duché, dont la croissance est très soutenue.

Selon la Direction de la Défense, d’autres indicateurs permettent de rendre compte de l'effort luxembourgeois. "Ainsi, le niveau d’investissement luxembourgeois correspond au double de ce que demande l’OTAN. L’effort de défense par militaire luxembourgeois est parmi les plus élevés de l’OTAN avec environ 470.000 euros par militaire contre 360.000 euros par militaire aux États-Unis, tandis que l’effort de défense luxembourgeois par habitant est 594 dollars par tête d’habitant, la moyenne des pays membres de l’OTAN (hors États-Unis) est de 521 dollars par habitant."

François Bausch a réaffirmé le maintien des engagements luxembourgeois au niveau de l’OTAN.