Taxes, accises, carburant... Sur un litre, le prix payé par les automobilistes varie selon plusieurs facteurs. Découvrez en deux minutes ce qui se cache derrière les prix à la pompe.

Paie-t-on une majorité de taxes sur les carburants au Luxembourg? Pendant que les prix crèvent le plafond, avec un diesel à 2,11€ et le SP-95 à 1,89€, les automobilistes peuvent se demander pourquoi leur plein semble devenir un "produit de luxe".

Concrètement, trois facteurs structurent les prix des carburants: le coût de production, les accises et la TVA. Ainsi que la taxe CO2.

Le coût de production est le plus susceptible de varier. Que ce soit au gré des marchés boursiers, des capacités de production ou de son coût de transport. En cas d'envolée du prix d'un baril, d'est donc la matière première qui devient plus chère.

Les accises sont fixées pour l'année par l'État luxembourgeois. Enfin, la TVA est un pourcentage fixe (17%) appliqué en dernier sur le tout.

En avril 2021, le ministre de l'Énergie Claude Turmes avait détaillé le fonctionnement des prix dans une question parlementaire. Le 11 mars de cette année, le diesel coûtait 1,16€. D'après le ministre, ce jour-là, 50,8% du prix était dû au coût de production du diesel (pompage, raffinage, transport...). Ce qui laissait 49,8% du prix constitué de taxes.

Au 10 mars 2022, un an plus tard, RTL 5minutes estime que les taxes constituent environ 35% du prix au litre du diesel, contre 65% de "prix de base". Soit par litre:

  • prix de base: 1,384€ (environ 1,25€ de production et environ 0,14€ de coût de distribution, nous précise le ministère de l'Énergie)
  • accises: 0,416€ (dont 0,06€ de taxe CO2)
  • TVA: 0,31€

Pour l'essence 95, les taxes constituent près de 43% du prix final, contre environ 42% pour le SP-98. Les accises sont plus importantes pour l'essence (0,527€ par litre) mais son coût de production est plus faible.

À lire également - Le diesel moins cher en France qu'au Luxembourg, voici où le trouver

Si la part des taxes varie tant, c'est à cause de leur caractère "figé". Pour reprendre l'exemple du diesel, retenez que l'accise vaudra toujours 0,416€ par litre cette année, quel que soit le prix final. La part des taxes est donc logiquement plus importante quand les prix sont faibles et plus contenue quand les prix sont élevés.

Ces deux dernières années, les données fournies par le ministère de l'Énergie confirment que c'est le coût de production des carburants qui s'est envolé. S'y ajoute la taxe CO2, appliquée depuis 2021. Le taux de TVA n'a pas changé, mais son application sur des prix plus élevés la rend mathématiquement plus importante.

À lire également - Les astuces efficaces pour économiser du carburant