Le ministre de la Défense, François Bausch, a présenté lundi la stratégie nationale de défense spatiale.

Cette stratégie relèverait du domaine militaire dans lequel le Luxembourg pourrait vraiment jouer un rôle majeur, selon le ministre de la Défense. Les capacités seront développées et surtout mieux protégées.

De plus en plus d'infrastructures sont dirigées par satellites. Une cyberattaque sur un satellite pourrait, tout comme un accident causé par de la ferraille spatiale, avoir des conséquences graves sur nos vies. Pour ne pas parler d'un astéroïde. Ces menaces devront à l'avenir pouvoir être mieux identifiées.

"Nous construisons aussi une plateforme sur Terre. Des radars et des télescopes seront encore lancés. Ils auront constamment en vue les pièces qui volent. Ils pourront calculer des trajectoires. Il y aura aussi des programmes dit de 'cleaning'. Là, c'est un satellite qui est envoyé avec un filet. Un peu comme dans l'océan, quand le plastic est collecté. La ferraille sera ainsi collectée dans l'espace de manière à ce qu'aucune infrastructure ne puisse plus être endommagée."

RTL

La défense luxembourgeoise aurait beaucoup d'expérience dans l'espace, selon François Bausch. Surtout en tant que partenaire de l'OTAN et de l'ONU.

Ces investissements passent par le budget de la défense. L'argent est pris en compte à 100% par l'OTAN. L'alliance militaire oblige les pays membres à consacrer 2% de leur PIB à la défense. Le Luxembourg atteint actuellement seulement 0,72%.

L'augmentation de l'activité dans le secteur de la défense spatiale créerait en outre de nouveaux emplois et rendrait l'armée plus attractive, confirme le Chef d’Etat-Major Steve Thull.

"C'est un nouveau domaine, qui est arrivé dans l'armée il y a quelques années. Cela permet de recruter une toute autre gamme de personnes et d'ouvrir l'armée à des gens plus variés. C'est une très bonne chose."

La guerre en Ukraine nous montrerait comment un satellite national peut être utilisé à des fins militaires. Le ministre de la Défense a également annoncé que l'OTAN a introduit une demande auprès du gouvernement luxembourgeois, pour mettre à disposition de l'Ukraine une voie de communication garantie via le satellite national GovSat.

Il s'agirait principalement de la connexion internet. Les détails de la mission n'auraient pas encore été fournis, selon François Bausch. A priori, nous serions prêts à le faire, a dit le ministre.