Fidèle à ses idées, le Collège médical a émis un avis critique sur la vaccination obligatoire, qu'il aimerait voir généralisée et non pas ciblée.

Après de nombreuses consultations, un document de synthèse, un avis d'experts du monde de la santé et des heures de débat à la Chambre la semaine passée, le gouvernement a pris sa décision: l'obligation vaccinale concernera uniquement les plus de 50 ans et le monde médical.

Une décision qui a fait réagir le Collège médical, chargé de commenter les projets de loi touchant au domaine de la santé.

Dans un communiqué de presse paru ce jeudi, l'instance - qui regroupe médecins, médecins-dentistes, pharmaciens et psychothérapeutes du Grand-Duché - s'est étonnée de la direction prise par le gouvernement.

Pourquoi limiter cette obligation vaccinale aux plus de 50 ans, comme le préconisent les cinq experts nommés par le gouvernement? Cette limite est "discutable sur le plan tant scientifique que sociétal" affirme-t-il. Et rappelle, pour justifier son propos, que les personnes de moins de 50 ans sont "les plus actives dans notre société, les plus mobiles avec le plus de contacts sociaux et qui sont donc les premiers susceptibles d'être infectés et de transmettre le virus". "Et ne voit-on pas ces derniers temps un nombre croissant d'hospitalisations de personnes de moins de 50 ans, risquant d'engorger nos hôpitaux" écrit encore le Collège.

"Ne risquons-nous pas un clivage sociétal injuste de par notre âge, notre profession et notre lieu de résidence?" s'interroge-t-il. Sa recommandation, déjà partagée au tout début de l'hiver, est d'aller plus loin: "L'obligation vaccinale universelle pour les personnes de plus de 18 ans se motive pour des raisons d'équité, de solidarité et de cohésion sociale."

Une direction que le gouvernement ne devrait pas emprunter puisque sa "course contre le virus" passera, dans un premier temps, par une obligation vaccinale ciblée.