Le pont de la future ligne Luxembourg-Bettembourg est l'un des plus grands ponts de type "bow-string" d'Europe et depuis ce mercredi, il est "debout"!

À côté du "saut-de-mouton" aux portes de Bettembourg, c'est le "bijou" architectural de la future ligne ferroviaire à deux voies qui reliera Luxembourg à Bettembourg. L'ouvrage est l'un des plus grands ponts ferroviaires du type "bow-string" d'Europe et enjambera l'A3 juste avant la croix de Gasperich.

En construction depuis octobre 2020 sur le bord de l'A3 et "armé" de ses premiers éléments début décembre 2021, l'ouvrage d'art des CFL montre, depuis ce mercredi, sa vraie silhouette. Même s'il est loin d'être achevé, le pont a vécu un temps fort de sa construction ces dernières 48 heures.

Une vingtaine de personnes dont des monteurs, des opérateurs de grue, des ingénieurs des CFL et de sociétés externes étaient sur place pour encadrer la délicate opération de pose des clés d'arcs. Deux grues mobiles de 300 et 400 tonnes ont été mobilisées pour y parvenir à une cinquantaine de mètres du sol.

Les arcs du pont sont "composés chacun de neuf éléments. Ces arcs ont été assemblés à partir des éléments de naissances d’arcs en extrémités, vers la partie du milieu. Le dernier élément, qu'on appelle la clé d'arc, pèse 60 tonnes, fait 2 mètres de haut et 15 mètres de long, et combine les huit autres éléments entre eux", explique Rui Raimundo, chef des "projets infrastructures" aux CFL.

LE COVID N'Y CHANGERA RIEN, LE PONT SERA RIPÉ "FIN 2022"

Une manipulation qui demande un gros travail de préparation en amont pour bien positionner les grues, monter leurs contres-poids, accrocher les éléments monumentaux et les déposer sur des tours de montage provisoires. Suivront les travaux de soudure pour raccorder les éléments entre eux, et plus tard leur mise en peinture.

RTL

© Domingos Oliveira / RTL

Comme toutes les entreprises qui mènent des projets d'envergure, les CFL ont eu des sueurs froides car "la pandémie du Covid-19 a également eu un impact sur la phase de production industrielle des éléments, réalisée en France et en Belgique en 2020", raconte Rui Raimundo. Mais depuis la livraison des éléments, les travaux "avancent comme prévus" et le ripage du pont aura bien lieu "fin 2022", assure-t-il.

D’une portée de 200 mètres et une hauteur de 40 mètres, le pont est composé de deux tirants et quatre arcs (un inférieur et un supérieur par côté) avoisine les 5.900 tonnes... sans compter le poids du tablier en béton.

À lire également: Images spectaculaires: L'immense pont des CFL en construction au bord de l'A3