Le chercheur et microbiologiste Paul Wilmes, membre de la task-force Covid-19 au Luxembourg, était l'invité de RTL ce vendredi. Il préconise plutôt un obligation plus ciblée.

Pas de vaccination obligatoire généralisée mais plus sélective en fonction du secteur d'occupation ou de l'âge. C'est en tout cas ce que semblent recommander les experts qui ont établi un avis sur le sujet de l'obligation vaccinale à destination du Gouvernement qui planche en ce moment sur cette épineuse question. Cet avis pourrait être rendu public ce vendredi.

Selon le professeur Paul Wilmes, "une obligation générale serait en ce moment trop étendue, il faut travailler de manière plus ciblée et également voir comme cela pourrait être mis en œuvre sur le terrain. En Italie par exemple, le taux de vaccination n'a augmenté que de 4 à 5 pourcents après l'annonce des autorités".

Une telle obligation n'aurait pas non plus d'impact sur la vague Omicron que nous connaissons actuellement, toujours selon l'expert luxembourgeois, qui souligne qu'il faut opter pour une vision sur le long terme. "En ce moment, le meilleur remède contre Omicron reste le booster et la réduction des contacts sociaux", explique Paul Wilmes.

Il poursuit en précisant qu'il faut dès maintenant se préparer à sortir des mesures et qu'il faudra apprendre à vivre avec le virus. "Il ne va plus s'en aller", martèle le professeur, "mais à la longue, il ne faut plus saturer les systèmes de santé et les hôpitaux".

"Concernant la vague Omicron, certains calculs prévoient de 2.000 à 3.000 cas par jour pour le début du mois de février, mais les prévisions les plus pessimistes sont beaucoup plus élevées", conclut le professeur, membre de la task-force Covid19 au Luxembourg.