Après des semaines de délibérations et de protestations, le Covid-Check sera introduit dans les entreprises et les administrations du Luxembourg ce samedi. Voici ce qu'il faut savoir à ce sujet.

L'arrivée du Covid-Check au travail fait partie des nouvelles mesures annoncées par le gouvernement luxembourgeois afin de combattre la pandémie de coronavirus. Une mesure très controversée qui entrera en vigueur ce samedi 15 janvier 2022.

À partir de cette date, chaque salarié, agent public ou travailleur indépendant sera soumis au régime 3G. Cela signifie que les travailleurs du pays auront trois options s'ils veulent se voir accorder l'accès à leur lieu de travail: présenter un certificat de vaccination valable, un certificat de rétablissement ou un test certifié.

Dans ce contexte, l'employeur sera autorisé à contrôler les certificats mais également l'identité du salarié. Le texte de loi stipule même qu'il pourra tenir une liste des personnes vaccinées ou rétablies "pour faciliter les vérifications". Une liste à laquelle les employés ne pourront être ajoutés que sur base du volontariat.

La nouvelle loi Covid prévoit que les personnes non-vaccinées pourront avoir recours aux tests PCR, valables pendant 48 heures, et les tests antigéniques certifiés, valables pendant 24 heures. Nous avons d'ailleurs calculé ce que cela pourrait représenter mensuellement en termes de dépenses.

D'après la nouvelle réglementation, les personnes refusant de présenter un Covid-Check valable ne pourront pas être licenciées ou sanctionnées. Les syndicats y ont mis un point d'honneur lors des négociations avec le gouvernement luxembourgeois.

Cependant, ils devront faire un choix: poser des congés payés ou être placé en congé sans solde. Dans les deux cas, ils resteront affiliés à la sécurité sociale.

Pour éviter ce dilemme, de nombreuses entreprises réfléchissent déjà à permettre aux salariés concernés de télétravailler quand leur fonction le permet.

Et alors que le Covid-Check est sur le point d'être imposé dans les entreprises et administrations du pays, la menace d'une vague de congés maladie plane sur le système social du Grand-Duché. La Fédération des artisans avait d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme dès le mois de décembre.

Quelles seront les conséquences pour le marché du travail? Une question à laquelle on ne pourra répondre qu'après-coup.