Avec l'explosion des prix de l'immobilier à Luxembourg et autour de la capitale, les investisseurs s'intéressent désormais davantage à d'autres régions du Grand-Duché. Zoom sur l'est et le nord du pays.

Comme tout autre acheteur, les investisseurs se confrontent depuis des années à la hausse des prix de l'immobilier. Mais depuis l'année dernière, ce ne sont plus uniquement les prix qui freinent l'investissement au Grand-Duché. En effet, avec les nouvelles contraintes d'emprunt entrées en vigueur au 1er janvier 2021 et une fiscalité devenue moins avantageuse, le marché du neuf a pris un coup.

Mais tout espoir n'est pas perdu. Si le canton de Luxembourg était jadis la terre promise des investisseurs, il semblerait qu'ils aient trouvé leur bonheur ailleurs. En effet, les données dévoilées par le ministre du Logement ce mardi indiquent un déplacement des investissements vers l'est et le nord du pays en 2020.

Et pour cause: en 2019, le nombre de ventes d'appartements neufs (VEFA) pour investissement s'élevait seulement à 28 dans l'est du Luxembourg. Il a triplé l'année suivante (94). Si dans le nord, la hausse n'a pas été aussi vertigineuse, le nombre de ventes est tout de même passé de 105 à 142 entre 2019 et 2020. Une dynamique qui semble cependant avoir été "cassée" en 2021, mais pas seulement dans le nord ou l'est du Grand-Duché.

Malgré des chiffres incomplets, les experts du secteur et le ministère s'accordent à dire que le volume de transactions concernant les appartements neufs a baissé en 2021 par rapport aux niveaux d'activité mesurés les deux années précédentes. Une baisse qui a récemment été chiffrée à 12% sur un an par l'Observatoire de l'Habitat alors que les données du quatrième trimestre restent à analyser.

Le ministre du Logement, Henri Cox, l'attribue "à une baisse de la demande de la part des investisseurs locatifs" mais force est de constater que l'est et le nord du pays restent des régions prisées par les investisseurs. Aux dernières nouvelles, elles constituaient 26,2% des ventes destinées à l'investissement (trois premiers trimestres 2021).

C'est moins que l'année précédente (28,3%) mais cela représente tout de même 89 ventes sur les 340 enregistrées à la fin du troisième trimestre 2021. Pour leur part, les cantons de Luxembourg et d'Esch restent les régions les plus prisées des investisseurs avec une part de marché mesurée à 62,9% (214 ventes) par le ministère du Logement.

En dépit de ces chiffres, Henri Kox souligne que c'est le canton de Luxembourg qui a le plus souffert en 2021: "Alors que le canton de Luxembourg représentait en moyenne 45,7% des ventes d'appartements en constructions réalisées par des investisseurs, cette part s'est réduite à 34,8% aux trois premiers trimestres de l'année 2021."

D'après lui, la "forte hausse des prix" et "une baisse subséquente des rendements locatifs bruts" expliqueraient un déplacement des ventes vers des zones "où les rendements locatifs bruts sont supérieurs". Parmi ces zones, M. Kox évoque "un phénomène particulier dans l'est du pays".

Il confirme une augmentation "importante" du nombre d’appartements en construction "au deuxième semestre 2020 et en début d’année 2021" dans les cantons d'Echternach, de Grevenmacher et de Remich.

Une tendance qui pourrait se confirmer dans les mois à venir si le niveau des prix se maintient dans l'est et au nord du pays. Cependant, rien n'est moins sûr sur le marché de l'immobilier luxembourgeois...

À quoi doit-on s'attendre dans les mois à venir? Une question à laquelle nous essayerons de répondre dans le prochain épisode de "La Bulle Immo" à paraître cette semaine sur RTL 5minutesRTL Play, Apple Podcast et Spotify.