"Le flux actuel de SARS-CoV-2 est très proche de celui observé lors de la grande vague de la pandémie", alerte ce vendredi le LIST après analyse des eaux usées cette semaine.

Avec les nouvelles infections qui se multiplient depuis des jours au Luxembourg, la présence des traces du Covid-19 a grimpé en flèche dans les eaux rejetées via les toilettes. Les eaux rejetées dans les égouts indiquent, avec un temps d'avance, quelle sera l'évolution de la pandémie.

Et la tendance va dans le mauvais sens, comme l'indique le nouveau rapport coronastep du Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) publié ce vendredi. "Le flux d'ARN du SARS-CoV-2 mesuré dans les stations d'épuration cette semaine continue de montrer une prévalence nationale très élevée du virus", relève le rapport.

Les résultats des analyses des eaux usées menées au cours de cette semaine montrent "une augmentation du flux SARS-CoV-2 par rapport aux semaines précédentes". Une augmentation telle que ce flux actuel du Covid-19 détecté est "très proche de celui observé lors de la grande vague de la pandémie entre octobre et décembre 2020", assure le LIST.

Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, la tendance générale "est nettement à la hausse", souligne le LIST qui mène régulièrement des analyses dans treize stations d'épuration du pays.

Pour cette semaine, précise le LIST qui mène ces analyses avec le concours de l'Administration de la gestion de l'eau et du Laboratoire national de la Santé, les eaux usées ont été captées à l'entrée du 11 stations d'épuration. Celles de Mersch, Wiltz, Grevenmacher, Echternach et Uebersyren n'ont été analysés qu'une seule fois. Les stations de Hesperange et de Boevange n'ont pas été analysés cette semaine.

À lire également: Des toilettes aux tubes à essai: Comment le Luxembourg surveille le virus via les eaux usées