Dans un mois, tous les salariés devront prouver qu'ils sont vaccinés, guéris ou testés pour travailler au Luxembourg. Les non-vaccinés devront présenter tous les jours un test négatif certifié. Combien leur en coûtera-t-il ?

Dès le 15 janvier, le Covid-Check sera obligatoire pour se rendre au travail au Luxembourg. La nouvelle loi Covid a été votée par le parlement ce jeudi pour entrer en vigueur dès minuit. Elle prévoit que "tout salarié, agent public et travailleur indépendant" devra être vacciné, guéri ou testé contre le Covid-19. La règle est simple: sans Covid-Check, le salarié n'a plus accès "à son lieu de travail"

Les personnes qui ne seront ni vaccinées, ni guéries du coronavirus (le Covid-Check positif après guérison est valable 180 jours), auront deux options pour montrer "patte blanche". Soit, elles devront passer un test antigénique rapide pour obtenir un certificat valable 24 heures. Soit, elles devront présenter un test PCR qui restera valable durant 48 heures, à partir de l'heure du prélèvement.

-> Covid-Check au travail: Les obligations et sanctions à venir au Luxembourg 

À la mi-janvier 2022, le choix de ne pas être vacciné aura donc clairement un coût pour les salariés du privé et les indépendants qui ne pourront télétravailler ou prendre des jours de congé. L'objectif du gouvernement étant d'inciter les sceptiques à se faire vacciner pour enrayer la pandémie.

Une nouvelle mesure largement dénoncée par les manifestants anti-restrictions qui n'ont pu défiler librement à Luxembourg-Ville le week-end passé. Certains ont calculé qu'ils devront débourser jusqu'à 600€ par mois pour se rendre au travail.

RTL

Traduction: "Une personne en bonne santé doit payer 600€ de tests pour prouver qu'elle est en bonne santé pour travailler ? Honte aux politiciens !" / © Domingos Oliveira / RTL

QUELS PRIX POUR LES TESTS ANTIGÉNIQUES RAPIDES ?

Selon les options choisies, ce calcul n'est pas le seul possible mais il colle à la réalité. La facture peut même s'avérer bien plus chère! Un test antigénique rapide certifié coûte aujourd'hui entre 15€ et 35€. Pour une semaine de cinq jours de travail, le salarié déboursera entre 75€ et 175€ par semaine. Soit entre 300€ et 700€ par mois.

Le prix varie d'un centre de certification à l'autre. Ils peuvent être certifiés par des laboratoires, les pharmacies, les médecins et les kinésithérapeutes qui disposent de l'agrément. À la pharmacie du Cygne en hypercentre de Luxembourg-Ville par exemple, c'est 20€ et il n'y a pas besoin de prendre rendez-vous. Même lorsque se forme une file, le délai d'attente pour obtenir le précieux sésame se situe entre 20 et 30 minutes, dans les pharmacies.

RTL

© Domingos Oliveira / RTL

Autre formule de prix à la pharmacie du Kirchberg: le certificat est délivré pour 20€ au patient qui apporte son propre test. S'il achète le test rapide sur place, le prix vient gonfler d'autant la facture. Mais des tests sont disponibles dès 4€ ou 7€. Là, non plus, pas besoin de rendez-vous. Les portes s'ouvrent à 8h00, mais les premiers tests sont lancés à 9h30.

"Nous demandons 30€ pour un test. Nous nous situons dans la moyenne supérieure, mais le prix est le même depuis le début et je ne le changerai pas", assume de son côté, Emmanuel Van Hauwermeiren, gérant de la pharmacie de Belair.

Au centre de tests instauré par la Ville de Luxembourg, Place du Théâtre, le test antigénique rapide est facturé 15€ actuellement. Ceux qui disposent des bons gratuits ne paient que 5€, mais les fameux bons ne seront plus valables après le 31 décembre.

TARIFS DES TESTS PCR... SIMPLES ET RAPIDES

L'autre option, les tests PCR, permet de gagner en confort, car il n'y a pas besoin de s'y rendre tous les jours. Une option qui coûte plus chère. Et les laboratoires affichent plusieurs jours d'attente pour obtenir un rendez-vous.

Un test PCR fait sans ordonnance ou pour convenance personnelle est facturé 59,95€ dans les laboratoires. Pour une semaine de cinq jours de travail, le salarié devra payer au moins deux tests PCR par semaine, soit 119,90€, auxquels, il rajoutera un test antigénique rapide à 25€ en moyenne. Soit 144,90€ par semaine ou 579,60€ par mois.

Chez Ketterthill par exemple, ces tests peuvent être faits sans rendez-vous mais le laboratoire précise toujours en lettres rouges sur son site internet qu'il ne "peut donner aucune garantie quant au délai", les résultats des tests étant "disponibles en 24-72h ouvrables (hors dimanches et jours fériés)". Dans les centres de Bionext Lab où les tests PCR (hors bon du gouvernement) se font uniquement sans rendez-vous, le client peut aussi demander que soient, en plus, détectés les variants. Ce second test PCR coûte 62,78€.

Pour les plus pressés, les laboratoires proposent aussi des tests PCR rapides facturés 99€, que la CNS ne prend pas en charge. Bionext Lab promet un résultat "en moins d'une heure". Les Laboratoires réunis annoncent un résultat garanti "dans les 4 heures". Les rendez-vous pour ce type de test se font uniquement à Junglinster.

ET LE LUNDI MATIN ?

Il apparaît d'ores et déjà comme très contraignant pour les salariés qui ne pourront pas télétravailler de s'organiser pour leur semaine de travail au Luxembourg. Surtout pour reprendre le travail le lundi matin.

Une problématique que vient de soulever la Chambre des salariés (CSL) dans son avis sur la nouvelle loi Covid en cours d'élaboration. Elle relève qu'"il ne sera pas facile pour les salariés de se faire tester sur le weekend de façon à disposer d'un certificat de test négatif pour le lundi matin (pour ceux qui en auront besoin)". Et demande au gouvernement de combler la lacune par le fait de "mettre en place des endroits où ces salariés pourront aller effectuer leur test au cours du weekend."

L'anticipation sera de mise pour être en règle et accéder à son lieu de travail. Les salariés concernés devront soit se résoudre à prendre rendez-vous le samedi pour passer un test PCR dans un laboratoire. Ou bien anticiper, pour passer un test antigénique rapide et disposer du certificat à l'heure où démarre le travail.

La question se posera dès le lundi 17 janvier puisque les nouvelles modalités doivent entrer en vigueur le samedi 15 janvier 2022.

UN RUSH DE DEMANDES DE TESTS DANS LES TUYAUX ?

"Il y a une énorme augmentation des gens qui se font vacciner actuellement. Donc j'espère que le nombre de vaccinés sera tel, qu'on ne se retrouvera pas face à un afflux monstre de demandes (le 15 janvier) que nous n'arriverons pas à gérer", espère Alain de Bourcy. Si la demande en tests devait effectivement exploser, le président du Syndicat des pharmaciens luxembourgeois ne cache pas qu'il se tournerait aussitôt vers les autorités de Santé car les pharmaciens seraient rapidement dans l'embarras.

RTL

Alain de Bourcy, président du Syndicat des pharmaciens luxembourgeois: "Le but du jeu, c'est de se faire vacciner". / © Domingos Oliveira / RTL

En prévision de la mi-janvier, les pharmaciens "commandent déjà plus de tests antigéniques rapides, car il y a un risque de pénurie", prévient Alain de Bourcy. Il confie qu'actuellement "les prix montent en flèche à cause de l'énorme demande en Allemagne et dans les pays limitrophes".

En revanche, "il n'y a pas de nouvelle organisation prévue" pour accueillir beaucoup plus de clients qui voudraient être testés dans les officines à la mi-janvier. "Nous ne pouvons pas faire plus que ce que nous faisons maintenant. Ce n'est pas faisable", assure Alain de Bourcy. Tout simplement parce qu'"il nous manque les locaux", mais aussi parce qu'"il nous manque la main-d'œuvre. Nous engageons des préparatrices, des aides en pharmacie, des pharmaciens mais pas forcément des gens qui veulent faire des tests antigéniques rapides à longueur de journée".

L'organisation de l'accueil des personnes à tester, avec ou sans rendez-vous, est proche des limites. "Depuis début novembre on est quasiment au taquet. Le vendredi et le samedi, c'est toujours plein. Nous ne pouvons pas faire plus", témoigne Emmanuel Van Hauwermeiren à Belair qui accueille "entre 60 et 70 clients par jour en moyenne". Il va "rester dans sa ligne" et "tout faire pour servir normalement ses clients en médicaments". Ces nouvelles histoires de tests "on ne sait pas du tout où ça va!"

À lire également: Covid-Check au travail: Des salariés prévoient déjà de se mettre en arrêt maladie !